Etat d’esprit de la jeunesse 若者の意識調査 (2013)

En septembre 2013, le ministère japonais de la santé, du travail et des affaires sociales rendait public une enquête sur l’Etat d’esprit de la jeunesse (若者の意識調査 – wakamono no ishiki chôsa). C’était une enquête particulière, en ce sens où elle n’est pas renouvelée régulièrement. Elle s’inscrit dans un ensemble d’enquêtes du ministère qui cherche à collecter des informations sur le Japon, société vieillissante (少子高齢化社会).

L’enquête a été réalisée en mars 2013 auprès de 3133 jeunes âgés entre 15 et 39 ans. Sur l’ensemble des questions posées, une a en particulier attiré l’attention des médias, d’ailleurs plutôt français que japonais. Il s’agit de la question concernant le projet d’avenir des jeunes femmes japonaises et leur rôle de femme au foyer (専業主婦 sengyô shufu).

La question a d’abord été posée aux hommes : souhaitez-vous (ou souhaitiez-vous si vous êtes déjà marié) que votre femme soit une femme au foyer ? La réponse majoritaire des hommes était l’abstention, 50% ne savent pas. Ensuite, un peu plus du tiers souhaitaient ou souhaitaient plutôt que leur femme ne soit pas une femme au foyer. Une minorité, moins de 20% souhaitaient ou souhaitaient plutôt que leur épouse deviennent une femme au foyer.

femmeaufoyer_homme

Graphique 1

La question a ensuite été posée aux femmes. Plus du tiers (34,2%) souhaitent ou souhaitent plutôt devenir femme au foyer. C’est la réponse qui a attiré l’attention des médias français. Les femmes qui ne le souhaitent pas ou ne le souhaitent plutôt pas est quant à lui de 38,5%. Les femmes qui n’ont pas de préférence sont de 27,2%.

 

femmeaufoyer_femme

Graphique 2

La dernière question sur le sujet concernait les raisons de ce choix : pourquoi souhaitez-vous devenir femme au foyer ? Les réponses, à choix multiples (plusieurs choix possibles donc les pourcentages ne veulent pas dire grand chose), étaient également intéressantes. Les trois réponses qui ont reçu le plus de votes sont, dans l’ordre :

  • parce que les femmes ont d’autres priorités que travailler : éduquer les enfants, s’occuper de la maison (avec 61,4%).
  • parce que Je veux soutenir mon mari pour qu’il puisse travailler au mieux (29,3%).
  • parce que le salaire de mon mari est suffisant pour vivre (17,9%).

Les contraintes objectives ou subjectives ont reçu très peu de vote. Par exemple, la pression de l’entourage professionnel ou familial sont les réponses qui reçoivent le moins de vote (1,3%).

Prqfemmeaufoyer

graphique 3

 

Source :

http://www.mhlw.go.jp/file/04-Houdouhappyou-12605000-Seisakutoukatsukan-Seisakuhyoukakanshitsu/0000022200.pdf

Les effets de la législature Abe sur le marché du travail

          L’entrée en récession du Japon a été amplement commentée, en France avec insistance, et au Japon, avec cette difficulté particulière : le mot ne doit pas être prononcé. J’apporte ici un complément d’information en me focalisant sur la situation du marché du travail et son évolution depuis le début de la législature Abe et en prenant comme référence les chiffres du troisième trimestre (septembre – novembre 2014) concernant la force de travail publiés par le Ministère de la santé, du travail et des affaires sociales japonais.

Un chômage en baisse

Depuis l’arrivée au pouvoir de Abe, il est exact que le chômage est en baisse avec un taux qui s’établit désormais à 3,5%.

C’est particulièrement le chômage de longue durée qui est affecté par cette baisse :

  • Le nombre de chômeurs de moins de 3 mois est en légère hausse (+ 40 000) à 750 000.
  • Le nombre de chômeurs de plus de 3 mois est en baisse de 250 000 à 1 530 000.
  • Le nombre de chômeurs de plus d’un an (longue durée) est en baisse de 160 000 à 850 000.

Certains commentateurs sont étonnés par cette baisse, mais on pourrait rappeler que le principal problème auquel l’économie japonaise a dû faire face après la seconde guerre mondiale et le manque de main d’œuvre, une situation qui a longtemps était chronique dans ce pays.

Deux raisons qui peuvent expliquer aujourd’hui ce regain de tension sur le marché du travail :

1 – Une raison conjoncturelle : le chantier de reconstruction de la région du Tohoku. Ce qui implique à la fois le travail de décontamination et les efforts de reconstruction des infrastructures collectives et du BTP privé. L’Etat soutient cet effort de reconstruction avec un plan de relance adopté en février 2013. Il a affecté environ 33 milliards d’euros à la reconstruction/décontamination de la zone du Nord-Est.

2 – Plusieurs raisons structurelles : le vieillissement de la population et l’absence de compensation des départs définitifs (retraite) du marché du travail par l’ouverture à une main d’œuvre étrangère ou bien la difficile compensation dans l’état actuel des infrastructures (crèches) et des mentalités par une plus grande intégration de la main d’œuvre féminine.

La hausse de l’emploi atypique

Cette embellie se fait essentiellement au profit de l’emploi atypique qui représente désormais 37% de la force de travail.

Pour le septième trimestre consécutif, donc depuis le début de la législature Abe, l’emploi atypique est en hausse par rapport à l’année précédente. La dernière n’est pas la plus importante, + 440 000 personnes, mais elle marque cette prévalence durable de l’emploi atypique.

Certes, pour la première fois depuis 7 trimestres, l’emploi régulier est en augmentation par rapport à l’année dernière : + 100 000. C’est un bon signe et étonnant : la période août – septembre n’est pas une période de recrutement des jeunes diplômés. Est-ce que sont des évolutions de carrières ? La question reste ouverte. Quoi qu’il en soit le rythme de progression de l’emploi régulier demeure inférieur à celui de l’emploi irrégulier.

Il est intéressant de comparer cette hausse de l’emploi atypique avec celle d’une autre législature marquée par ce même phénomène : la législature Koizumi de 2001 – 2006. Pendant les années Koizumi, la hausse de l’emploi atypique était liée à des réformes introduites dans le droit du travail et le droit social. Tout d’abord, la libéralisation du marché du travail intérimaire. Une hausse significative (+ 1 000 000) de ces travailleurs avait été constatée. Ensuite, l’autre hausse significative était directement liée à la réforme des retraites. Les employés ayant fini leur carrière dans l’entreprise, mais devant attendre quelques années avant de pouvoir recevoir leur retraite, revenaient, souvent dans la même entreprise, sur un nouveau support d’emploi atypique (les keiyaku shain) .

Par rapport à ces années, la législature Abe est marquée par une hausse de l’emploi atypique traditionnel. Il s’agit de la hausse des temps partiels et des petits boulots (arubaito). Ces travailleurs atypiques sont ainsi passés de 12,8 millions au premier semestre 2013 à 13,3 millions au troisième semestre 2014. Les nouvelles catégories, en particulier l’emploi intérimaire sont en légère baisse. Sur la même période, le chiffre passe de 1,2 à 1,1 million.

Source :
http://www.stat.go.jp/data/roudou/sokuhou/4hanki/dt/pdf/2014_3.pdf

Vocabulaire de la spatialité japonaise : Prix du livre de l’académie d’architecture 2014

vocabulaire-de-la-spatialite-japonaise-sous-la-direction-de-philippe-bonnin

 

 

Le dictionnaire dirigé par Philippe Bonnin, Nishida Masatsugu,  Inaga Shimegi, « Vocabulaire de la spatialité japonaise », auquel j’avais eu le plaisir de participer va recevoir le Prix du livre de l’académie d’architecture 2014.

 

 

Characteristics of the Rebellious Youth in Japan, University of Michigan Noon Lecture (30 octobre 2014)

Je donnerai une conférence à l’université du Michigan dans le cadre des Noon Lecture du Centre d’études sur le Japon (Center for Japanese Studies).

Titre de l’intervention : Characteristics of the Rebellious Youth in Japan

Résumé :

The mobilization of Japanese youth has been a recent but decisive factor in strengthening the anti-poverty movement in Japan, which is one of the major Japanese social movements. It triggered major juridical reforms, such as the public assistance law or the temporary workers law. However, little is known about these young people.

By joining the Tokyo Youth Union, one of the major organizations that support the mobilization of young people, I gathered both qualitative and quantitative data regarding its members. I will present new findings concerning the characteristics of these young people and the process that leads to their mobilization.

 

 

MSH Grenoble : commentaire de documentaires

J’interviendrai dans le cadre des XVIIIème rencontres autour du film ethnographique à la Maison des Sciences de l’Homme de Grenoble (retour au pays !) le vendredi 17 octobre 2014.

Je présenterai/commenterai les deux documentaires suivants :

Tokyo freeters
Marc Petitjean, France, 2010, 47’
Au Japon on les appelle les « freeters ». Ils sont environ 4 millions. Jeunes, parfois diplômés, ils vivent d’emplois précaires et sont souvent victimes de la conjoncture économique et des conditions de travail imposées par les employeurs. Certains développent un mode de vie particulier, une contre-culture à la japonaise. Ce documentaire approche aussi ces jeunes Japonais qui refusent la société de consommation, la soumission de leurs parents, et le travail comme seul objectif de vie.

La voie de l’encre
Pamela Valente & Pascal Bagot, France, 2010, 70’
La voie de l’encre lève le voile sur l’un des secrets les mieux gardés de l’artisanat japonais : le tatouage traditionnel ou irezumi. À travers le quotidien d’une des dernières familles de tatoueurs et une galerie de personnages, le film est une plongée dans l’univers troublant de ce fils illégitime de l’estampe.

 

 

Abrogation de la retraite à 60 ans


La modification de la loi concernant la stabilisation de l’emploi pour les personnes âgées (kôreisha koyô anteihô) adoptée en juin 2004 rend obligatoire l’élévation de l’âge légal de la retraite (teinen) de 60 à 65 ans.Les modificationsUne modification de la même loi en 1998 avait déjà décidé de repousser l’âge de la retraite. Sa mise en oeuvre n’était cependant pas obligatoire et reposait sur la coopération des entreprises. Une étude du Ministère du Travail et de la Santé (kôseiroudoushô) a permis de mettre en évidence qu’en 2003, près des trois-quart des entreprises avaient pris les dispositions nécessaires ce qui rend le nouveau caratère obligatoire moins contraignant.
La nouvelle loi abroge donc le système de retraite à 60 ans. Elle pose des paliers de report de l’âge de la retraite. Depuis avril 2006, l’âge légal de la retraite est porté à 62 ans. Entre 2007 et 2009, il sera porté à 63 ans, puis, entre 2010 et 2012 à 64 ans. A partir de 2013, l’âge de la retraite sera donc de 65 ans.
Enfin, un système pour assurer la continuité de l’emploi des personnes de plus de 60 ans (keizoku koyô seido )est mis en oeuvre, notamment avec une prime versée par l’Etat. Des accords doivent être trouvés, dans les trois ans pour les entreprises de plus de 300 personnes et dans les cinq ans pour les petites et moyennes entreprises.Les causesIl existe deux raisons qui président au relèvement de l’âge de la retraite.
D’une part, il faut répondre à un problème de pénurie de main d’oeuvre, conséquence du vieillissement accéléré de la population japonaise. Dans les conditions actuelles, il apparait que la population active du Japon, aura baissé de près de 8 million et demi en 2015 (base 2002).
Il existe cependant d’autres moyens de répondre à une pénurie de main-d’oeuvre notamment par une modification de la politique d’immigration. De plus, la pénurie de main d’oeuvre s’exprime par secteur et l’employabilité des personnes âgées dans certains d’entre eux est faible (les services notamment ou le bâtiment). Enfin, le coût de la main d’oeuvre des plus de 60 ans est relativement faible, ce qui les met en concurrence directe avec les populations qui entrent sur le marché du travail.

D’autre part, et surtout, la loi de 2004 concernant la réforme des retraites (nen kin kai kaku hô) repousse l’âge d’ouverture des droits de 60 à 65 ans, notamment pour répondre au déficit prévu de la caisse des retraites. Le relèvement de l’âge de la retraite dans les entreprises apparait comme un moyen de substituer pendant cette période des revenus du travail à la baisse des revenus sociaux.

Emploi atypique au Japon – Enquête 2003 (1)

L’enquête 2003 du ministère du travail et de la santé sur la diversification des formes de l’emploi au Japon a été rendue public en juillet 2004*. Il s’agit d’une enquête de grande ampleur qui concerne l’emploi atypique (hiseisyain).

Elle a été réalisée sur l’ensemble du territoire japonais, dans 14 industries, à l’exception des services à la personne, et des japonais à l’étranger. Deux questionnaires ont été envoyés, l’un aux employeurs et l’autre aux employés dans 16 232 entreprises de plus de 5 employés. 11624 employeurs ont répondu au premier questionnaire et 24 930 employés ont répondu au second questionnaire. Le retour sur questionnaire a été de plus de 70 pourcent dans les deux cas.

 

Les enquêteurs ont procédé au préalable a un travail de définition minutieux sur lequel il est important de s’attarder.

Les employés en CDD (seishain) sont, parmi des travailleurs dont la période d’emploi n’est pas définie, les personnes qui ne travaillent pas en temps partiel et qui ne sont pas des personnes en mission (shukkosha). Il me semble qu’en ce qui concerne ce dernier point, il s’agit de ne pas intégrer dans la catégorie des employés en CDD les personnes qui travaillent dans des agences de placement.

Ensuite, 7 catégories d’emploi atypique sont distinguées (hiseishain)

Les employés contractuels (keiyakushain) Ce sont les travailleurs qui sont employés pour une période déterminée pour un travail particulier nécessitant un fort savoir technique ou spécialisé.

Les employés rattachés (shokutakushain) Ce sont les personnes qui, après leur retraite, sont ré-employés dans leur entreprise pour une période déterminée. L’existence de cette catégorie  est liée à l’élevation de l’âge de la retraite (62 ans en 2006).

Les employés missionés (shukkosha) Ce sont les personnes qui sont missionnés par une entreprise pour travailler dans une autre entreprise. N’est pas pris en compte le fait de savoir si cette personne travaille ou non en CDI dans l’entreprise d’origine.

Les employés intérimaires (hakenrôdôsha). Ce sont les personnes qui sont envoyés en mission par des entreprises d’interimaires, officiellement certifiées (loi sur les travailleurs intérimaires). Sont distingués les employés intérimaires « enregistrés (tôrokukei)», qui sont enregistrés comme employés intérimaires dans la base de donnée de l’entreprise mais ne sont pas employés directement par cette dernière, et les employés intérimaires « employés (jyôyôkoyôkei) », qui sont employés directement par l’entreprise d’intérim.

Les employés temporaires (rinjitekikoyôsha) qui sont les personnes dont la période d’emploi est comprise entre un jour et un mois.

Les employés à mi-temps (pâtotaimurôdôsha) qui sont les personnes dont la période de travaille dépasse un mois ou n’est pas définie explicitement, et qui, soit pour une journée de travail soit pour une semaine de travail donnée travaillent moins d’heures ou de jours qu’un employé en CDI.

Autres (sonohoka) concerne les employés qui ne rentrent pas dans les catégories précédentes (par exemple les travailleurs journaliers (hiyatoirôdôsha).


L’ampleur et la minutie de cette enquête permettent de considérer les résultats de cette enquête comme particulièrement fiables pour comprendre la situation de l’emploi atypique au Japon.

 

* Kôseirôdôshô, Heisei 15 nen shûgyû keitai no tayôka ni kansuru sôgôjittai chôsakekkanogaikyô (Diversification des formes del’emploi – situation générale, résultat de l’enquête 2003), Juillet 2004. http://www.mhlw.go.jp/toukei/itiran/roudou/koyou/keitai/03/index.htm (30 octobre 2006).

Chômage au Royaume-Uni

Drapeau-anglais.png

Le tournant de la rigueur amorcé par Cameron se paye par une hausse du chômage qui atteind de nouveaux records (la dernière fois c’était en 1994).

Il y a désormais 2,6 millions de Britanniques au chômage soit 8.1 pour cent de la population active.

Le chômage des jeunes en particulier est préoccupant. Il touche près de 1 million de jeunes entre 16 et 24 ans (soit 21.3 pour cent de cette classe d’âge, record historique).

A noter qu’un peu plus de 100 000 fonctionnairesont été licenciés suite au plan de rigueur.

 

[Source : lemonde.fr 12.10.2011]

Japon : face à la crise, l’intervention des collectivités locales

Pour faire face à la dégradation de la situation de l’emploi, un budget exeptionnel a été décidé dans 16 préfectures, soit par l’assemblée délibérante organisée en session exeptionnelle, soit par décret du gouverneur, pour un total de 150 milliards de yens (1.2 milliards d’euros) afin de favoriser l’emploi.

Nombre de chômeurs en France en février : + 80 000

79 900 chômeurs en plus en France selon le ministère de l’emploi, soit 2.38 millions de personnes.
Sont comptées comme chômeurs les personnes qui sont à la recherche d’un temps plein (que se soit un CDD ou de l’intérim) ou d’un CDI et qui ont travaillé moins d’un mi-temps dans le mois.
Si on ajoute les personnes qui sont inscrites mais exercent une activité réduite, on obtient le chiffre de 3.4 millions.

Entre janvier et décembre 2008, la hausse était de 217 000. Pour l’année 2008, la hausse touche surtout les jeunes (c’est-à-dire les moins de 25 ans)- + 23% en 2008, la seconde plus forte hausse concerne les 25-45 ans + 14% -, et les hommes – +21% en un an, + 8% pour les femmes.

Brève sur le RSA

C’est souvent la société civile active qui a l’initative dans les projets innovateurs des gouvernements concernant les précaires et les exclus. Il ya eu la mobilisation réussie des enfants de Don Quichotte soutenus par Médecin du Monde et le vote par le parlement en mars de la loi sur le Droit Au Logement Opposable (DALO).  Il y  a maintenant l’expérimentation du Revenu de Solidarité Active (RSA), porté par Martin Hirsch, ancien président d’Emmaüs France et nouveau Haut Commissaire aux Solidarités Actives.

Le principe du RSA est de lutter contre la "trappe à inactivité", c’est-à-dire le fait que les personnes n’ont pas intérêt à reprendre une activité économique car elle ne compense qu’imparfaitement la perte des prestations sociales. Le RSA est donc une prestation sociale, complémentaire du revenu de l’activité professionnelle, qui a pour but de rendre attractif la reprise d’une activité économique. Ce dispositif concerne les allocataires du RMI  et de l’API situés dans les départements qui ont décidé de participer à son expérimentation (26, mais le chiffre est incertain). Le RSA a une durée maximum de trois années et coûtera 25 millions d’euros à l’Etat en 2007.

Les grandes dates :

21 avril 2005 – remise du rapport de la commission "Familles, vulnérabilités, pauvretés", première présentation du RSA comme moyen de lutter contre le chômage

18 mai 2007 : nomination de Martin Hirsch au poste de Haut Commissaire aux Solidarités Actives

20 juin 2007 : présentation du RSA au Conseil des ministres

10 juillet 2007 : installation du Comité d’évaluation national des expérimentations du RSA

10 au 13 juillet 2007 : discussion du projet de loi à l’Assemblée nationale

30 septembre 2007 : date limite d’inscription pour les départements volontaires à l’expérimentation du RSA

fin 2008 : généralisation du dispositif à l’ensemble du pays

Emploi atypique au Japon – enquête 2003 (2)

Les statistiques de l’enquête employeur
Les premières statistiques concernent la réparition de l’emploi atypique par secteurs.
Parmi les 14 secteurs, les cinq plus gros demandeurs de main d’oeuvre atypiques sont dans un ordre décroissant
1 Restauration et l’hôtellerie (71%)
2 Vente en gros et au détail (45%)
3 Une catégorie « des services » (42%), qui regroupe des entreprises qui n’ont pas pu être placées dans d’autres catégories
4 Education et du soutien scolaire (39%),
5 Vente immobilière (36%).Ces cinq industries emploient donc au minimum un tiers de leur main d’oeuvre en emploi atypique.Les cinq plus faibles demandeurs de main d’oeuvre atypique sont dans l’ordre décroissant :
1 Fournisseurs -eau, gaz, électricité- (9%)
2 Mines (11%)
3 Construction (15%)
4 Information et communications ; banques (22%)
5 Industrie (23%)

La caractéristique commune des cinq catégories qui emploient le plus de travailleurs « atypiques » est de faire partie du secteur tertiaire, nouveau moteur de l’emploi au Japon. En revanche, les catégories qui emploient le moins de salariés atypiques sont pour la plupart situés dans le secteur secondaire (industrie, mine, construction, fournisseurs), en declin depuis une dizaine d’années. A elles seules les cinq catégories les plus « atypiques »  représentent ainsi 50% de la masse salariale totale (emploi atypique et CDD), les cinq catégories les moins « atypiques » n’en représentent plus qu’ un tiers.

 

Il faut cependant prendre en compte un biais. Les secteurs en declin ont tendance à se concentrer sur la main d’oeuvre stable, car se sont les emplois atypiques, plus flexible, qui sont les premiers à disparaitre en cas de ralentissement économique. C’est le cas par exemple dans la construction ou les emplois journaliers ont été les premiers à décroitre après l’entrée dans la crise de ce secteur au début des années 90.

 

Ceci étant dit, il peut néanmoins être souligné que lorsque le secteur secondaire était au coeur de la croissance de l’économie japonaise, se sont avant tout des emplois stables qui se sont développés. Maintenant que le secteur tertiaire est au coeur de la croissance, il appparait que le recours à l’emploi atypique ne fonctionne plus seulement comme une variable d’ajustement. Il s’agit plus vraisemblablement d’un mode régulier de gestion qui concerne la majorité de la main d’oeuvre.
Il est d’ailleurs très probable que la queue du peloton dans les cinq catégories les plus « atypiques » refassent leur retard. Il faut prendre en considération notamment la récente loi de privatisation des universités (dai gaku min ei ka) et la fin de la longue crise du secteur immobilier (l’intérêt croissant des courtiers pour ces établissements est également le signe d’un renouveau).

Recession en France (Insee note de conjoncture, mars 2009)

selon la note de conjoncture de l’INSEE (pour les six premiers mois de l’année de 2009) :
L’accès se situe ici :

http://www.insee.fr/fr/themes/theme.asp?theme=17&sous_theme=3&page=note.htm

 

Pour la France

On retient :

Contraction du PIB pour la première moitié de l’année 2009 de -2.9, ce qui annéantit le record de 1993, -0.9.

– Pertes d’emploi : 387 000 postes détruits sur six mois. Seul la création d’emploi dans le secteur non marchand pourrait compenser cet effcondrement.

281 000 chômeurs de plus sur cette période et un taux de chômage à 8.8 pour cent. Pour la première fois, hausse du nombre de personne qui renonce à entrer sur le marché du travail.

Les jeunes seraient particulièrement touchés : augmentation rapide de leur taux de chômage. au cours de l’année 2008, le taux de chômage des 15-24 ans a augmenté de près de 3 pour cent alors qu’il n’a augmenté que de 0.4 pour cent pour les adultes (et a été plus tardive, mais c’est lié aux types d’emploi il me semble).

L’Insee souligne :

« Il n’est pas certain, enfin, que la pertinence des outils d’analyse confectionnés à partir d’évolutions « moyennes » de la conjoncture soit préservée dans des circonstances exceptionnelles comme celles que nous vivons. L’incertitude inhérente aux exercices de prévision s’en trouve probablement accrue. »

Pour le Japon

la note souligne (http://www.insee.fr/fr/indicateurs/analys_conj/archives/mars2009_f3.pdf):

contraction sans précédent des exportations : -13.8 pour cent au dernier trimestre 2008, -12 pour cent (prévision) pour le premier trimestre 2009, -3 pour cent pour le deuxième trimstre.

effondrement de l’utilisaton des capacité de production : 78 pour cent en décembre 2008 (on était a 100 pour cent quelques mois auparavent) soit son plus bas niveau depuis 1968.

– contraction du commerce mondial + appréciation du yen + baisse des salaires + licenciement ou non renouvellement des contrats de travail = retour de la déflation

Eclairage : le secteur automobile

Je voulais m’arrêter là mais il y avait également un éclairage très intéressant sur les conséquences de la crise sur le secteur économique, avec des informations comparatives sur le Japon.

Tout d’abord, la baisse des exportations japonaises, qui commence bien avant la crise (graphique 1):

graphique 1 – Evolution des exportations japonaises d’automobiles

Ensuite l’impact sur l’évolution du PIB :

Tout d’abord, en ce qui concerne la contribution directe du secteur automobile (on ne prend en compte que la production finale, la voiture, et pas les productions intérmédiaires nécessaires pour produire la voiture et qui est déléguée à d’autres entreprises).

graphique 2- contribution directe négative à la croissance du PIB

On constate que le Japon est l’un des pays, avec l’allemagne, dans lequel l’industrie automobile à un fort impact négatif sur le PIB, respectivement -0.3 et -0.5. Dans les deux pays, le secteur automobile a un poids important dans l’économie, respectivement 2 et 3 pour cent du PIB.

Ensuite en ce qui concerne la contribution totale (on prend en compte les intermédiaires).

Le Japon est l’un des pays les plus touchés par l’effondrement du marché automobile avec une contribution totale à la croissance du PIB de -1.5 pour l’année 2008. Le « multipplicateur de valeur ajoutée » – qui prend en compte l’ensemble des consommations intermédiaires (boîte de vitesse, airbag, pneus etc…) pour produire une automobile – est le plus fort de tous les pays développés soit 4.1, ce qui signifie que la crise économique se répercute sur l’ensemble des fournisseurs intérmédiaires qui contrairement à d’autres pays sont pour la majorité situés sur le territoire national (et souvent intégrés dans les mêmes régions).