Archives de l’auteur : David Antoine Malinas

Trouver du travail dans la crise : compétition (très) accrue

Les entreprises qui recrutent, même dans des emplois jusqu’alors peu prisés, n’ont plus que l’embarras du choix. Ainsi, USJ (Universal Studio Japan, l’équivalent de Disney Land pour Osaka) a  été submergé par près de 1800 demandes d’emploi, soit le double de l’année dernière (mais le nombre d’embauches est-il identique, on ne sait pas). Les plus étonnés, USJ, dont un des représentants reconnait qu’ils n’avaient jamais eu autant de demandeurs  pour des boulots aussi mal payés (« According to USJ, it was having a hard time hiring part-time employees due to several conditions, including the cheap pay », Japan Times, 8 février 2009). On ne peut pas leur reprocher leur franchise.
Ainsi, la compétition pour trouver un emploi à durée déterminée – on est dans le réel, pour les emplois en CDI, ce n’est plus la peine pendant un bon moment – est de plus en plus féroce alors que d’ici la fin de l’année fiscale – mars 2009 -, le ministère vient de rendre public le fait que près de 125 000 personnes ne verront pas leur contrat renouvelé. Il faut ajouter à ce phénomène, les licenciements de salariés à temps complet, dont on ne connaît pas encore, il me semble, le chiffre officiel. En outre, il faut également prendre en compte les salariés dont les entreprises ont décidé de mettre en place la réduction du temps de travail et pour compenser les pertes de salaires acceptent que leurs employés cherchent un second emploi (Fujitsu, Toshiba voir ici pour une liste des dégâts).
Beaucoup de monde donc et avec la crise, faute de choix, les emplois délaissés semblent désormais prisés.
Dans le cas d’USJ, près d’un tiers des demandeurs devront aller chercher ailleurs.

 

Suzuki fait le malin

Pour éviter de me fâcher avec 13 millions d’amis japonais, je précise que je parle de la compagnie Suzuki : les voitures, motos et tiens, aussi des fauteuilles roulants.
Suzuki Corporation a annoncé un bénéfice de 22 millions de yens. Personne n’aurait probablement calculé l’annonce en temps normal, mais là, c’est assez rare par les temps qui courent, et ça retient quand même l’attention. Mais comme Suzuki ne voudrait pas être le « clou qui dépasse », et ne voit probablement pas d’embellie économique à court terme il envisage quand même des mesures de réduction de la force de travail au choix :
non renouvellement de près de 1000 employés en CDD
ou chômage technique
ou réduction du bonus (役員報酬  j’ai toujours un doute sur ce mot, si quelqu’un à des infos).

A mon avis tout le monde va prendre un coup.

Comment sauver le Japon de la crise ? Louer ses îles !

Un article qui fait vraiment du bien écrit par Amy Chavez dans le Japan Times :

« My plan would increase the overall island population by 400,000, build a new industry, and create up to a million jobs. This idea would make you, me and Japan very rich. »

La solution : louer les îles japonaises à des clients très intéressés, les maldiviens, habitant des Maldives, pays qui devrait devenir le prochain Atlantide d’ici peu (réchauffement de la planête oblige).
Et en plus « il sont à 70 pour cent Bouddhistes ». Donc en plus de résoudre un problème économique, en option, on peut même résoudre le problème du vieillissement de la population japonaise avec une immigration autant, sinon plus acceptable, que celle des Brésiliens descendants de Japonais.

Au regard du temps qu’il faut au le gouvernement japonais pour prendre la mesure de la considération qu’il faudrait porter à la mise en oeuvre d’un plan de relance cohérent (c’est long mais c’est le dernier mot qui est important), disons avant l’année du tigre (2010), le projet d’Amy devient beaucoup moins utopique finalement.

Le lien ici.

Inégalités en France : Rapport CERC, la France en Transition

Le rapport réalisé par le Conseil de l’Emploi, des Revenus et de la Cohésion Sociale intitulé « La France en Transition », a été remis par son président, Jacques Delors, au premier Ministre, vendredi 17 Novembre.

Ce rapport envisage différents facteurs qui influencent les inégalités de rémunérations : la démographie, la croissance, les prélèvements sociaux, et les transformations de l’Etat-social.

Le principal facteur retenu concerne les inégalités dans l’emploi. Notamment, le fait que des personnes travaillent moins (en temps partiel ou en mi-temps) que d’autres apparait comme l’une des principales causes des inégalités de revenu (plutôt que les différences de rémunération pour un même travail).

Ce rapport est à lire, pour le travail remarquable de synthèse qui est fait des différentes causes des inégalités sociales. (Je pense que je vais m’en inspirer pour arriver à donner une vue d’ensemble sur les facteurs qui influencent les écarts de richesse au Japon). Au delà des inégalités, il faut cependant essayer de comprendre qu’elles seraient les politiques qui permetteraient d’améliorer la situation actuelle, et penser au delà , ou à côté de la logique keynesienne.

Autre élément a retenir, ce rapport peut être consulté gratuitement (et même téléchargé !) :
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/064000836/index.shtml

France : Loi sur le RSA

Vingt ans après la loi qui avait promulgué le RMI, la loi qui promulgue le RSA a été votée ce lundi 1er décembre.

la grande différence entre le RMI et le RSA est que le RMI n’était accessible que pour les personnes qui ne travaillaient pas, sauf cas exceptionnel. Il répondait à un problème d’exclusion massive et durable sur le maché du travail lié à des désequilibres macro-économiques.

le RSA est à la fois un revenu minimum – de 448 euros – pour les personnes sans emploi, et un revenu complémentaire variable pour les personnnes qui reprennent un emploi. Il intègre donc la fonction du RMI mais a surtout été présenté comme un moyen de lutter contre la désincitation à la reprise à l’emploi. En effet, jusqu’alors, les personnes qui reprenaient un travail pouvaient se retrouver dans une situation de moindre revenu car ils perdaient la quasi-totalité de leurs revenus et avantages sociaux alors même que leur nouvelle situation d’employé entraînait de nouveaux coûts.

Le RSA vient donc lutter contre l’existence d’une trappe à pauvreté, identifiée dans le cadre du RSA comme un calcul individuel de « meilleur » choix de la non activité – l’analyse de l’acteur rationnel, comme la question morale de la responsabilité individuelle étant aujourd’hui dominantes. On peut signaler cependant que la trappe à pauvreté se développe également pour des raisons macro-économiques, principalement l’augmentation des emplois atypiques. Entre 1988 et 2008, la part de salariés qui occupent un tel emploi est passé de moins de 9 pourcent à 13 pourcent, et en chiffre absolus d’un peu plus de 1,5 million de personnes à un peu moins de 3 millions. C’est aussi la multiplication de ce type d’emplois, souvent les seuls accessibles pour les personnes éloignées du travail, qui rend nécessaire un nouveau mécanisme incitateur qui ne lutte plus seulement contre l’exclusion mais également contre le phénomène de « travailleurs pauvres ».

Si pendant les quelques mois d’expérimentation, des études ont pu mettre en évidence le fort taux de retour obtenu par ce mécanisme par rapport au RMI, on peut se demander si on compare exactement la même chose, le RMI, étant un dispositif de lutte contre l’exclusion, et non de lutte contre le phénomène de précarisation de l’emploi (ce qu’il aurait pu devenir il y a dix ans selon Michel Rocard). Le RSA, qui simplifie également les revenus sociaux sous un même sigle,  tend également à promouvoir un revenu social universel, idée assez proche d’un revenu minimum d’existence garanti. Avec le retour à l’emploi (donc plutôt partiel sinon le mécanisme ne fonctionne pas), on passe d’un  RMI ou désormais RSA à temps complet à un RSA à temps partiel. Dans cette période de crise où on a commencé à parler de manière ironique du néo-libéralisme comme la « privatisation des intérêts, et la collectivisation des coûts », on retrouve dans le RSA cette même idée que le salaire  d’un employé n’est plus payé par le ou les employeurs mais par la collectivité. Au delà de la polémique sur le financement d’un tel dispositif, c’est ainsi l’idée d’un salaire « décent »  obtenu par la seule rémunération de l’entreprise qui devient atypique.

Le risque, dans le meilleur des cas, serait une augmentation des emplois atypiques un peu plus rapide que dans les périodes précédentes. Mais dans la conjoncture actuelle, et la rupture en série des CDD et autres emplois précaires, le RSA risque de se réduire à ce qu’il voulait justement parfaire : le RMI.

Etats-Unis : rapport Hunger and Homelessness 2007

L’étude réalisée par la conférence des maires des Etats-Unis( The U.S. conference of Mayors) sur la faim et les sans-abri a été rendue publique le 17 décembre. La première initative date de 1982. A l’époque, près de 60% des demandes d’aide – alimentaire, hébergement notamment – ne pouvait être pris en compte par les autorités locales. Si des progrès ont été perceptibles depuis 25 ans, ce dernier rapport met en évidence une dégradation récente de la situation. Bien que cette étude ne soit pas une étude nationale, elle permet de souligner l’évolution de la pauvreté dans les 23 grandes villes qui ont participé à cette étude. Les données quantitatives ont été collectées entre novembre 2006 et octobre 2007.
La première partie concerne la question de la faim, et 19 villes sur 23 ont répondu.
  • 80% des villes ont connu une augmentation de la demande d’aide alimentaire
  • L’augmentation est de 10 pourcent sur les 12 derniers mois
  • 13 villes ont reconnues qu’elles ne pouvaient pas faire face à la demande
  • 17% des demandeurs n’ont pas pu recevoir de nourriture dans ces 13 villes
  • 13% de ces demandeurs étaient avec des enfants
  • La valeur des coupons alimentaire n’arrive pas à suivre l’augmentation des prix des denrées

En ce qui concerne les sans-abri, c’est-à-dire les personnes qui ont demandé un accès à un hébergement pour sans-abri, sur 23 villes :

  • 23% sont des ménages avec enfants. La cause de leur errance est majoritairement la pauvreté et les violences domestiques.
  • 76% sont des célibataires. La cause de leur errance est majoritairement des problèmes personnels (problèmes psychologiques, drogue).
  • Le pourcentage restant est composé de personnes non majeures
  • Dans 12 villes, les demandes auprès des centres d’hébergement ont dépassé l’offre
  • On constate le retour sur le circuit d’hébergement d’urgence de personnes qui l’avait quitté il y a dix ans.

La conclusion du vice-président de la commission de la task force : "il y a encore beaucoup de travail qui reste à faire de la part de la nation tout entière". La coopération de l’Etat fédéral a également été demandée.

————–
Liste des villes qui ont participé à cette étude :


• Boston, MA
• Charleston, SC
• Charlotte, NC
• Chicago, IL
• Cleveland, OH
• Denver, CO
• Des Moines, IA
• Detroit, MI
• Kansas City, MO
• Los Angeles, CA
• Louisville, KY
• Miami, FL
• Nashville, TN
• Philadelphia, PA
• Phoenix, AZ
• Portland, OR
• Providence, RI
• Salt Lake City, UT
• San Francisco, CA
• Santa Monica, CA
• Seattle, WA
• St. Paul, MN
• Trenton, NJ

Le manifeste du Parti Démocrate Japonais : les mesures pour l’emploi

Après l’élection, la lecture. Que dit le manifeste du PD japonais en ce qui concerne l’emploi et la lutte contre la précarité, et quelques remarques rapides.

« We will expand regular employment and ban, in principle, the dispatch of temporary workers to manufacturing jobs ». (P.D., Manifest, 2009, p.17)

En ce qui concerne l’interdiction du travail intérimaire dans l’industrie manufacturière, ils arrivent en quelque sorte, après la bataille. Des bataillons entiers de travailleurs intérimaires ont été licenciés ou non renouvelés et, en cette période de crise. L’industrie manufacturière s’est en quelque sorte autorégulée et a déjà exhaussé les voeux du PD. De plus, il y avait le problème complexe des travailleurs intérimaires qui travaillaient pour leur troisième année et qui n’auraient de toute manière pas pu renouveler leur contrat

L’idée d’étendre l’emploi régulier est bien entendu une bonne idée mais qui va à l’encontre de la tendance à long terme de la précarisation de l’emploi au Japon – maintenant près de 35 pour cent des emplois salariés. L’objectif plus réaliste serait travailler à des moyens d’assurer une plus grande sécurité des emplois atypique. 

« We will aim to achieve a national average minimum wage level of 1000 yen per hour, while assisting SMEs » (P.D., Manifest, 2009, p.17)

Tout de suite l’attention se porte sur le chiffre magique des 1000 yens qui représentent une augmentation du salaire horaire de 30 pour cent, si on prend pour référence la moyenne nationale. C’est une augmentation très forte, elle ne sera peut-être pas possible, mais la première idée, c’est clairement une revalorisation des bas salaires.

L’autre idée, il me semble, mais je lis sûrement trop entre les lignes, c’est une revalorisation de la moyenne nationale. Il n’y a pas de SMIC au Japon, et le salaire minimum dépend en fonction des régions. Par exemple à Tokyo, le salaire minimum est de 766 yens, à Hokkaido, il est de 667 yens – soit une différence de plus de 20 pour cent. C’est une différence qui est censée être adaptée à la variation du coût de la vie. La revalorisation pourrait prendre trois directions : la création d’un revenu national minimum quelque soit la région, la revalorisation plus forte des régions périphériques, une revalorisation proportionnelle pour toutes les régions. (Une revalorisation plus forte des régions industrielles centrales, Type Osaka, est hors de question).
Quelque soit la solution retenue (sauf celle entre parenthèse), elles sont intéressantes car elles pourraient permettre de lutter contre la désertification en rendant attractive des régions aujourd’hui sur le déclin démographique. Il me semble que même dans le cas d’une revalorisation égale de trente pour cent de tous les plus bas salaire, le gain en pouvoir d’achat est beaucoup plus fort dans les régions dont le coût de la vie est faible, comme Hokkaido.

Il me semble néanmoins que cette mesure n’est pas chiffrée dans le programme (p7). Dans les « mesures pour l’emploi », sont chiffrées deux mesures :  « étendre la sécurité de l’emploi vers les travailleurs non-réguliers » et « aide à la recherche d’emploi et d’autres mesures similaires » pour un coût total de 1.1 trillion de yens pendant quatre ans. La mesure « élever le salaire minimum » tout comme « le soutien aux SMEs » apparaît dans le paquet des mesures dont le financement n’est pour l’instant pas assuré et qui seront « mises en oeuvre progressivement, au fur et à mesure de la sécurisation des ressources financières ».

« We will realise equal treatment such that people doing the same work at the same workplace can receive the same wage, and we will promote worklife balance ».

Le même salaire pour le même travail, c’est une très forte demande de la part des associations de soutiens des plus précaires. Hum… il va falloir travailler ce point, c’est intéressant.

 

Travailleurs étrangers au Japon : licenciements

Un article intéressant du Monde intitulé : « le Japon licencie ses salariés d’origine brésilienne » (16 février 2008).
Du côté des informations brutes on reste néanmoins sur sa faim. On apprend qu’il y a 316 000 Nikkei jin, dont la plupart proviennent du Brésil. D’accord. Mais en même temps, par rapport au titre, on n’a aucune information sur le nombre de licenciements. Combien ont perdu leur emploi ? Impossible de savoir. Mais vraiment, il est impossible de savoir même pour les spécialistes (pas moi, moi c’est la pauvreté la question de migration je suis un peu loin, mais disons que déformation professionnelle je vais raisonner comme un pseudo-spécialiste).

Plusieurs problèmes pour compter :
– Il n’y a pas de statistiques ethniques il me semble sur les licenciements donc on ne sait pas.
– Ce sera peut-être visible sur le nombre de reconduite à la frontière, mais il faut du temps.
– Demander aux agences de recrutement, ça risque d’être difficile, c’est un système un peu opaque.
– Il me semble qu’il y a aussi un problème concernant leur lien avec leur entreprise qui n’est pas nécessairement une relation sanctionnée par le droit du travail. Je ne veux pas dire illégalité, mais je me souviens d’une conversation sur quelque chose comme « stagiaire rémunéré ». (si quelqu’un peu éclairer ma lanterne, les commentaires sont les bienvenus).

Enfin, jusqu’à récemment, peu acceptaient de parler de leur situation aux journalistes. En ce sens, la manifestation qui a regroupé plus de 300 nikkei jin à Tokyo le 18 janvier 2009 signale que certains maintenant se décident à franchir le pas. Il existait déjà des mouvements de nikkei jin mais c’était surtout pour le droit à l’éducation (il devrait y avoir un working paper sur le site de la MFJ  sur cette question bientôt). Donc, c’est véritablement un nouveau mouvement, sur une nouvelle thématique. En même temps, et contrairement à ce que l’article suggère, il n’est pas possible de penser que la seule tragédie de leur situation, l’accumulation de frustrations, a permis l’émergence d’un tel mouvement.

Là, c’est ma marotte de l’action collective qui revient, mais il serait important de voir les solidarités qui pré-existent entre les travailleurs nikkei jin qui sont concentrés dans les mêmes villes, regroupés dans les mêmes quartiers, partagent les mêmes dortoirs ou immeubles. Ce lien social a probablement favorisé l’émergence de cette grande manifestation, qui regroupe quand même plus de 300 personnes, c’est un chiffre assez impressionnant en aussi peu de temps.

Je me demande aussi quel est le lien avec les personnes qui étaient déjà engagées, notamment dans le mouvement pour l’éducation des jeunes nikkei jin. Il y a là un savoir-faire qui a pu être réutilisé pour mobiliser les nikkei jin.

Et puis je me demande si la liaison avec le mouvement des précaires japonais va se faire ou non, s’il elle ne s’est pas déjà faite d’ailleurs, ne serait-ce que dans le répertoire d’action utilisé : la manifestation (peut-être avec une composante festive, comme c’est souvent le cas pour les jeunes précaires japonais).

Bon, bon bon…

France : la loi DALO rentre en application

La loi sur le logement opposable (DALO) est rentrée en vigueur le 1er janvier. Quelques points à retenir sur cette loi :

  • Une idée ancienne soutenue par des associations dès 2000 et précisée dans un rapport du Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées pris en compte par le législateur grâce au mouvement des Enfants de Don Quichotte pendant l’hiver 2007.
  • La loi DALO concerne les demandes de logement sociaux qui, en cas de recherche infructueuse, peuvent déposer un recours d’abord amiable (commision de médiation) puis un recours contentieux (tribunaux administratifs) sous condition de situation urgente ou de délai anormalement long (à partir de 2012).
  • Les associations soulignent les limites d’un texte applicable aux seules demandeurs de logement sociaux ainsi que le paradoxe de confier aux prefets la responsabilité des résultats alors que les moyens, largement insuffisants, appartiennent aux collectivités locales.
  • A ces limites s’ajoutent une mise en oeuvre qui se fait progressivement alors que tous les dispositifs prévus ne sont pas encore opératoires sur l’ensemble du territoire (les commissions de médiation).

Etats-Unis : définition des sans-abri

La définition qui figure dans la loi McKinney de 1987 est communément utilisée aux Etats-Unis pour définir la population sans-abri.

Le terme de "sans-abri (homeless)" ou de "personne ou individu sans-abri (homeless individual or homeless person)" inclus :

(1) une personne qui n’a pas de domicile fixe, régulier et adéquate pour la nuit ; et (2) les personnes qui ont pour domicile principal pendant la nuit –

(A) un hébergement privé ou public surveillé dont le but est de fournir un logement temporaire (sont inclus les hôtels sociaux, les hébergements réunis, les maisons de transition pour les personnes mentalement malades).


(B) une institution qui fournit un domicile temporel pour les individus qui ont besoin d’être enfermés

ou

(C)  un lieu public ou privé qui n’ a pas été conçu , ou qui n’est pas normalement utilisé, comme lieu de couchage régulier pour les êtres humains.

——–

Texte original : 

the term ‘homeless’ or ‘homeless individual or homeless person’ includes –

(1) an individual who lacks a fixed, regular, and adequate nighttime residence; and (2) an individual who has a primary nighttime residence that is –
(A) a supervised publicly or privately operated shelter designed to provide temporary living accommodations (including welfare hotels, congregate shelters, and transitional housing for the mentally ill);
(B) an institution that provides a temporary residence for individuals intended to be institutionalized; or
(C) a public or private place not designed for, or ordinarily used as, a regular sleeping accommodation for human beings.


France 2010 – Rapport ONPES rendu public

Le rapport de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale vient d’être rendu public.
Lien : 
http://www.onpes.gouv.fr/Les-Rapports.html

On y apprend notamment que le niveau de pauvreté est resté plus ou moins stable depuis dix ans mais que que le nombre de plus pauvre a progressé, de 2.1 pour cent en 2002 à 3.1 pour cent en 2007.
sont considérées comme pauvres les personnes dont le revenu est inférieur à 60 pour cent du revenu médian (une des définitions de la pauvreté relative). Les « plus pauvres » sont les personnes qui ont un revenu inférieur à 40 pour cent du revenu médian.

D’autre part, le nombre de travailleurs pauvres est passé de 1.7 millions à 1.9 millions entre 2005 et 2007. (mais leur proportion dans la population active est en baisse de 7 à 6.7 pour cent).  
 

Fondation Abbé Pierre : rapport sur le mal-logement 2008

Le rapport annuel sur le mal-logement de la fondation Abbé Pierre a été rendu public.

Malgré des progrès sur le plan juridique, avec la mise en place du droit au logement opposable, le rapport souligne les nombreuses tensions réelles qui continuent et s’accroissent sur la marché du logement privé et social.

Site du rapport :
http://www.fondation-abbe-pierre.fr/rml.html

L’avenir des jeunes – France, Japon et ailleurs

Une infographie intéressante sur le monde.fr concernant les jeunes français – 16 – 25 ans – face à l’avenir. On y apprend que le pourcentage de jeunes qui ont confiance en l’avenir et particulièrement bas en France – 26 pour cent – et au Japon  – 5 pour cent -. Pour comparaison avec les autres pays :

Danemark  60 %
Etats-Unis  54 %
Chine          43 %
Allemagne 36 %
France        26 %
Japon           5 %

En plus, en France, le taux de chômage des jeunes est de 20 pour cent (alors que pour l’ensemble de la population active, il est de 8 pour cent), le taux de pauvreté est également de 20 pour cent.

Taux de pauvreté : Etats-Unis (2009)

Note

En 2009, le taux de pauvreté aux Etats-Unis était de 14.3 pour cent et touchait près de 44 millions de personnes, soit une hausse de 4 millions de personnes par rapport à l’année précédente. 

Le taux de pauvreté aux Etats-Unis est calculé de manière absolue – le calcul d’un panier de dépenses en dessous duquel un particulier ou une famille devient pauvre – ce qui rend difficile les comparaisons avec la plupart des autres pays qui utilisent un taux de pauvreté relatif.

Précarité sociale en Corée

Philippe Mesmer dans un article publié dans le Monde souligne la montée des inégalités sociales en Corée (lien temporaire ici). Après la crise économique asiatique de 1997, la Corée a réussi à maintenir un taux de croissance à 5%. Cependant, une politique de flexibilité accrue de la main d’oeuvre a entraîné une précarisation de certaines catégories comme les jeunes, beaucoup plus touchés par le chômage que la moyenne, et les personnes âgées. C’est le même phénomène que l’on peut également constater au Japon.
L’auteur rappelle que la Corée a mis en place un RMI – Système national de sécurité pour une subsistance de base – en 2000 dont dépendent aujourd’hui 1,5 million de personnes et que la question sociale est devenue la thématique principale sur laquelle s’opposent les deux candidats à l’actuelle élection présidentielle.