Archives de catégorie : News

Les effets de la législature Abe sur le marché du travail

          L’entrée en récession du Japon a été amplement commentée, en France avec insistance, et au Japon, avec cette difficulté particulière : le mot ne doit pas être prononcé. J’apporte ici un complément d’information en me focalisant sur la situation du marché du travail et son évolution depuis le début de la législature Abe et en prenant comme référence les chiffres du troisième trimestre (septembre – novembre 2014) concernant la force de travail publiés par le Ministère de la santé, du travail et des affaires sociales japonais.

Un chômage en baisse

Depuis l’arrivée au pouvoir de Abe, il est exact que le chômage est en baisse avec un taux qui s’établit désormais à 3,5%.

C’est particulièrement le chômage de longue durée qui est affecté par cette baisse :

  • Le nombre de chômeurs de moins de 3 mois est en légère hausse (+ 40 000) à 750 000.
  • Le nombre de chômeurs de plus de 3 mois est en baisse de 250 000 à 1 530 000.
  • Le nombre de chômeurs de plus d’un an (longue durée) est en baisse de 160 000 à 850 000.

Certains commentateurs sont étonnés par cette baisse, mais on pourrait rappeler que le principal problème auquel l’économie japonaise a dû faire face après la seconde guerre mondiale et le manque de main d’œuvre, une situation qui a longtemps était chronique dans ce pays.

Deux raisons qui peuvent expliquer aujourd’hui ce regain de tension sur le marché du travail :

1 – Une raison conjoncturelle : le chantier de reconstruction de la région du Tohoku. Ce qui implique à la fois le travail de décontamination et les efforts de reconstruction des infrastructures collectives et du BTP privé. L’Etat soutient cet effort de reconstruction avec un plan de relance adopté en février 2013. Il a affecté environ 33 milliards d’euros à la reconstruction/décontamination de la zone du Nord-Est.

2 – Plusieurs raisons structurelles : le vieillissement de la population et l’absence de compensation des départs définitifs (retraite) du marché du travail par l’ouverture à une main d’œuvre étrangère ou bien la difficile compensation dans l’état actuel des infrastructures (crèches) et des mentalités par une plus grande intégration de la main d’œuvre féminine.

La hausse de l’emploi atypique

Cette embellie se fait essentiellement au profit de l’emploi atypique qui représente désormais 37% de la force de travail.

Pour le septième trimestre consécutif, donc depuis le début de la législature Abe, l’emploi atypique est en hausse par rapport à l’année précédente. La dernière n’est pas la plus importante, + 440 000 personnes, mais elle marque cette prévalence durable de l’emploi atypique.

Certes, pour la première fois depuis 7 trimestres, l’emploi régulier est en augmentation par rapport à l’année dernière : + 100 000. C’est un bon signe et étonnant : la période août – septembre n’est pas une période de recrutement des jeunes diplômés. Est-ce que sont des évolutions de carrières ? La question reste ouverte. Quoi qu’il en soit le rythme de progression de l’emploi régulier demeure inférieur à celui de l’emploi irrégulier.

Il est intéressant de comparer cette hausse de l’emploi atypique avec celle d’une autre législature marquée par ce même phénomène : la législature Koizumi de 2001 – 2006. Pendant les années Koizumi, la hausse de l’emploi atypique était liée à des réformes introduites dans le droit du travail et le droit social. Tout d’abord, la libéralisation du marché du travail intérimaire. Une hausse significative (+ 1 000 000) de ces travailleurs avait été constatée. Ensuite, l’autre hausse significative était directement liée à la réforme des retraites. Les employés ayant fini leur carrière dans l’entreprise, mais devant attendre quelques années avant de pouvoir recevoir leur retraite, revenaient, souvent dans la même entreprise, sur un nouveau support d’emploi atypique (les keiyaku shain) .

Par rapport à ces années, la législature Abe est marquée par une hausse de l’emploi atypique traditionnel. Il s’agit de la hausse des temps partiels et des petits boulots (arubaito). Ces travailleurs atypiques sont ainsi passés de 12,8 millions au premier semestre 2013 à 13,3 millions au troisième semestre 2014. Les nouvelles catégories, en particulier l’emploi intérimaire sont en légère baisse. Sur la même période, le chiffre passe de 1,2 à 1,1 million.

Source :
http://www.stat.go.jp/data/roudou/sokuhou/4hanki/dt/pdf/2014_3.pdf

Abrogation de la retraite à 60 ans


La modification de la loi concernant la stabilisation de l’emploi pour les personnes âgées (kôreisha koyô anteihô) adoptée en juin 2004 rend obligatoire l’élévation de l’âge légal de la retraite (teinen) de 60 à 65 ans.Les modificationsUne modification de la même loi en 1998 avait déjà décidé de repousser l’âge de la retraite. Sa mise en oeuvre n’était cependant pas obligatoire et reposait sur la coopération des entreprises. Une étude du Ministère du Travail et de la Santé (kôseiroudoushô) a permis de mettre en évidence qu’en 2003, près des trois-quart des entreprises avaient pris les dispositions nécessaires ce qui rend le nouveau caratère obligatoire moins contraignant.
La nouvelle loi abroge donc le système de retraite à 60 ans. Elle pose des paliers de report de l’âge de la retraite. Depuis avril 2006, l’âge légal de la retraite est porté à 62 ans. Entre 2007 et 2009, il sera porté à 63 ans, puis, entre 2010 et 2012 à 64 ans. A partir de 2013, l’âge de la retraite sera donc de 65 ans.
Enfin, un système pour assurer la continuité de l’emploi des personnes de plus de 60 ans (keizoku koyô seido )est mis en oeuvre, notamment avec une prime versée par l’Etat. Des accords doivent être trouvés, dans les trois ans pour les entreprises de plus de 300 personnes et dans les cinq ans pour les petites et moyennes entreprises.Les causesIl existe deux raisons qui président au relèvement de l’âge de la retraite.
D’une part, il faut répondre à un problème de pénurie de main d’oeuvre, conséquence du vieillissement accéléré de la population japonaise. Dans les conditions actuelles, il apparait que la population active du Japon, aura baissé de près de 8 million et demi en 2015 (base 2002).
Il existe cependant d’autres moyens de répondre à une pénurie de main-d’oeuvre notamment par une modification de la politique d’immigration. De plus, la pénurie de main d’oeuvre s’exprime par secteur et l’employabilité des personnes âgées dans certains d’entre eux est faible (les services notamment ou le bâtiment). Enfin, le coût de la main d’oeuvre des plus de 60 ans est relativement faible, ce qui les met en concurrence directe avec les populations qui entrent sur le marché du travail.

D’autre part, et surtout, la loi de 2004 concernant la réforme des retraites (nen kin kai kaku hô) repousse l’âge d’ouverture des droits de 60 à 65 ans, notamment pour répondre au déficit prévu de la caisse des retraites. Le relèvement de l’âge de la retraite dans les entreprises apparait comme un moyen de substituer pendant cette période des revenus du travail à la baisse des revenus sociaux.

Japon : face à la crise, l’intervention des collectivités locales

Pour faire face à la dégradation de la situation de l’emploi, un budget exeptionnel a été décidé dans 16 préfectures, soit par l’assemblée délibérante organisée en session exeptionnelle, soit par décret du gouverneur, pour un total de 150 milliards de yens (1.2 milliards d’euros) afin de favoriser l’emploi.

Chômage au Royaume-Uni

Drapeau-anglais.png

Le tournant de la rigueur amorcé par Cameron se paye par une hausse du chômage qui atteind de nouveaux records (la dernière fois c’était en 1994).

Il y a désormais 2,6 millions de Britanniques au chômage soit 8.1 pour cent de la population active.

Le chômage des jeunes en particulier est préoccupant. Il touche près de 1 million de jeunes entre 16 et 24 ans (soit 21.3 pour cent de cette classe d’âge, record historique).

A noter qu’un peu plus de 100 000 fonctionnairesont été licenciés suite au plan de rigueur.

 

[Source : lemonde.fr 12.10.2011]

France : Loi sur le RSA

Vingt ans après la loi qui avait promulgué le RMI, la loi qui promulgue le RSA a été votée ce lundi 1er décembre.

la grande différence entre le RMI et le RSA est que le RMI n’était accessible que pour les personnes qui ne travaillaient pas, sauf cas exceptionnel. Il répondait à un problème d’exclusion massive et durable sur le maché du travail lié à des désequilibres macro-économiques.

le RSA est à la fois un revenu minimum – de 448 euros – pour les personnes sans emploi, et un revenu complémentaire variable pour les personnnes qui reprennent un emploi. Il intègre donc la fonction du RMI mais a surtout été présenté comme un moyen de lutter contre la désincitation à la reprise à l’emploi. En effet, jusqu’alors, les personnes qui reprenaient un travail pouvaient se retrouver dans une situation de moindre revenu car ils perdaient la quasi-totalité de leurs revenus et avantages sociaux alors même que leur nouvelle situation d’employé entraînait de nouveaux coûts.

Le RSA vient donc lutter contre l’existence d’une trappe à pauvreté, identifiée dans le cadre du RSA comme un calcul individuel de « meilleur » choix de la non activité – l’analyse de l’acteur rationnel, comme la question morale de la responsabilité individuelle étant aujourd’hui dominantes. On peut signaler cependant que la trappe à pauvreté se développe également pour des raisons macro-économiques, principalement l’augmentation des emplois atypiques. Entre 1988 et 2008, la part de salariés qui occupent un tel emploi est passé de moins de 9 pourcent à 13 pourcent, et en chiffre absolus d’un peu plus de 1,5 million de personnes à un peu moins de 3 millions. C’est aussi la multiplication de ce type d’emplois, souvent les seuls accessibles pour les personnes éloignées du travail, qui rend nécessaire un nouveau mécanisme incitateur qui ne lutte plus seulement contre l’exclusion mais également contre le phénomène de « travailleurs pauvres ».

Si pendant les quelques mois d’expérimentation, des études ont pu mettre en évidence le fort taux de retour obtenu par ce mécanisme par rapport au RMI, on peut se demander si on compare exactement la même chose, le RMI, étant un dispositif de lutte contre l’exclusion, et non de lutte contre le phénomène de précarisation de l’emploi (ce qu’il aurait pu devenir il y a dix ans selon Michel Rocard). Le RSA, qui simplifie également les revenus sociaux sous un même sigle,  tend également à promouvoir un revenu social universel, idée assez proche d’un revenu minimum d’existence garanti. Avec le retour à l’emploi (donc plutôt partiel sinon le mécanisme ne fonctionne pas), on passe d’un  RMI ou désormais RSA à temps complet à un RSA à temps partiel. Dans cette période de crise où on a commencé à parler de manière ironique du néo-libéralisme comme la « privatisation des intérêts, et la collectivisation des coûts », on retrouve dans le RSA cette même idée que le salaire  d’un employé n’est plus payé par le ou les employeurs mais par la collectivité. Au delà de la polémique sur le financement d’un tel dispositif, c’est ainsi l’idée d’un salaire « décent »  obtenu par la seule rémunération de l’entreprise qui devient atypique.

Le risque, dans le meilleur des cas, serait une augmentation des emplois atypiques un peu plus rapide que dans les périodes précédentes. Mais dans la conjoncture actuelle, et la rupture en série des CDD et autres emplois précaires, le RSA risque de se réduire à ce qu’il voulait justement parfaire : le RMI.

Inégalités en France : Rapport CERC, la France en Transition

Le rapport réalisé par le Conseil de l’Emploi, des Revenus et de la Cohésion Sociale intitulé « La France en Transition », a été remis par son président, Jacques Delors, au premier Ministre, vendredi 17 Novembre.

Ce rapport envisage différents facteurs qui influencent les inégalités de rémunérations : la démographie, la croissance, les prélèvements sociaux, et les transformations de l’Etat-social.

Le principal facteur retenu concerne les inégalités dans l’emploi. Notamment, le fait que des personnes travaillent moins (en temps partiel ou en mi-temps) que d’autres apparait comme l’une des principales causes des inégalités de revenu (plutôt que les différences de rémunération pour un même travail).

Ce rapport est à lire, pour le travail remarquable de synthèse qui est fait des différentes causes des inégalités sociales. (Je pense que je vais m’en inspirer pour arriver à donner une vue d’ensemble sur les facteurs qui influencent les écarts de richesse au Japon). Au delà des inégalités, il faut cependant essayer de comprendre qu’elles seraient les politiques qui permetteraient d’améliorer la situation actuelle, et penser au delà , ou à côté de la logique keynesienne.

Autre élément a retenir, ce rapport peut être consulté gratuitement (et même téléchargé !) :
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/064000836/index.shtml

Comment sauver le Japon de la crise ? Louer ses îles !

Un article qui fait vraiment du bien écrit par Amy Chavez dans le Japan Times :

« My plan would increase the overall island population by 400,000, build a new industry, and create up to a million jobs. This idea would make you, me and Japan very rich. »

La solution : louer les îles japonaises à des clients très intéressés, les maldiviens, habitant des Maldives, pays qui devrait devenir le prochain Atlantide d’ici peu (réchauffement de la planête oblige).
Et en plus « il sont à 70 pour cent Bouddhistes ». Donc en plus de résoudre un problème économique, en option, on peut même résoudre le problème du vieillissement de la population japonaise avec une immigration autant, sinon plus acceptable, que celle des Brésiliens descendants de Japonais.

Au regard du temps qu’il faut au le gouvernement japonais pour prendre la mesure de la considération qu’il faudrait porter à la mise en oeuvre d’un plan de relance cohérent (c’est long mais c’est le dernier mot qui est important), disons avant l’année du tigre (2010), le projet d’Amy devient beaucoup moins utopique finalement.

Le lien ici.

Suzuki fait le malin

Pour éviter de me fâcher avec 13 millions d’amis japonais, je précise que je parle de la compagnie Suzuki : les voitures, motos et tiens, aussi des fauteuilles roulants.
Suzuki Corporation a annoncé un bénéfice de 22 millions de yens. Personne n’aurait probablement calculé l’annonce en temps normal, mais là, c’est assez rare par les temps qui courent, et ça retient quand même l’attention. Mais comme Suzuki ne voudrait pas être le « clou qui dépasse », et ne voit probablement pas d’embellie économique à court terme il envisage quand même des mesures de réduction de la force de travail au choix :
non renouvellement de près de 1000 employés en CDD
ou chômage technique
ou réduction du bonus (役員報酬  j’ai toujours un doute sur ce mot, si quelqu’un à des infos).

A mon avis tout le monde va prendre un coup.

Trouver du travail dans la crise : compétition (très) accrue

Les entreprises qui recrutent, même dans des emplois jusqu’alors peu prisés, n’ont plus que l’embarras du choix. Ainsi, USJ (Universal Studio Japan, l’équivalent de Disney Land pour Osaka) a  été submergé par près de 1800 demandes d’emploi, soit le double de l’année dernière (mais le nombre d’embauches est-il identique, on ne sait pas). Les plus étonnés, USJ, dont un des représentants reconnait qu’ils n’avaient jamais eu autant de demandeurs  pour des boulots aussi mal payés (« According to USJ, it was having a hard time hiring part-time employees due to several conditions, including the cheap pay », Japan Times, 8 février 2009). On ne peut pas leur reprocher leur franchise.
Ainsi, la compétition pour trouver un emploi à durée déterminée – on est dans le réel, pour les emplois en CDI, ce n’est plus la peine pendant un bon moment – est de plus en plus féroce alors que d’ici la fin de l’année fiscale – mars 2009 -, le ministère vient de rendre public le fait que près de 125 000 personnes ne verront pas leur contrat renouvelé. Il faut ajouter à ce phénomène, les licenciements de salariés à temps complet, dont on ne connaît pas encore, il me semble, le chiffre officiel. En outre, il faut également prendre en compte les salariés dont les entreprises ont décidé de mettre en place la réduction du temps de travail et pour compenser les pertes de salaires acceptent que leurs employés cherchent un second emploi (Fujitsu, Toshiba voir ici pour une liste des dégâts).
Beaucoup de monde donc et avec la crise, faute de choix, les emplois délaissés semblent désormais prisés.
Dans le cas d’USJ, près d’un tiers des demandeurs devront aller chercher ailleurs.

 

Recession en France (Insee note de conjoncture, mars 2009)

selon la note de conjoncture de l’INSEE (pour les six premiers mois de l’année de 2009) :
L’accès se situe ici :

http://www.insee.fr/fr/themes/theme.asp?theme=17&sous_theme=3&page=note.htm

 

Pour la France

On retient :

Contraction du PIB pour la première moitié de l’année 2009 de -2.9, ce qui annéantit le record de 1993, -0.9.

– Pertes d’emploi : 387 000 postes détruits sur six mois. Seul la création d’emploi dans le secteur non marchand pourrait compenser cet effcondrement.

281 000 chômeurs de plus sur cette période et un taux de chômage à 8.8 pour cent. Pour la première fois, hausse du nombre de personne qui renonce à entrer sur le marché du travail.

Les jeunes seraient particulièrement touchés : augmentation rapide de leur taux de chômage. au cours de l’année 2008, le taux de chômage des 15-24 ans a augmenté de près de 3 pour cent alors qu’il n’a augmenté que de 0.4 pour cent pour les adultes (et a été plus tardive, mais c’est lié aux types d’emploi il me semble).

L’Insee souligne :

« Il n’est pas certain, enfin, que la pertinence des outils d’analyse confectionnés à partir d’évolutions « moyennes » de la conjoncture soit préservée dans des circonstances exceptionnelles comme celles que nous vivons. L’incertitude inhérente aux exercices de prévision s’en trouve probablement accrue. »

Pour le Japon

la note souligne (http://www.insee.fr/fr/indicateurs/analys_conj/archives/mars2009_f3.pdf):

contraction sans précédent des exportations : -13.8 pour cent au dernier trimestre 2008, -12 pour cent (prévision) pour le premier trimestre 2009, -3 pour cent pour le deuxième trimstre.

effondrement de l’utilisaton des capacité de production : 78 pour cent en décembre 2008 (on était a 100 pour cent quelques mois auparavent) soit son plus bas niveau depuis 1968.

– contraction du commerce mondial + appréciation du yen + baisse des salaires + licenciement ou non renouvellement des contrats de travail = retour de la déflation

Eclairage : le secteur automobile

Je voulais m’arrêter là mais il y avait également un éclairage très intéressant sur les conséquences de la crise sur le secteur économique, avec des informations comparatives sur le Japon.

Tout d’abord, la baisse des exportations japonaises, qui commence bien avant la crise (graphique 1):

graphique 1 – Evolution des exportations japonaises d’automobiles

Ensuite l’impact sur l’évolution du PIB :

Tout d’abord, en ce qui concerne la contribution directe du secteur automobile (on ne prend en compte que la production finale, la voiture, et pas les productions intérmédiaires nécessaires pour produire la voiture et qui est déléguée à d’autres entreprises).

graphique 2- contribution directe négative à la croissance du PIB

On constate que le Japon est l’un des pays, avec l’allemagne, dans lequel l’industrie automobile à un fort impact négatif sur le PIB, respectivement -0.3 et -0.5. Dans les deux pays, le secteur automobile a un poids important dans l’économie, respectivement 2 et 3 pour cent du PIB.

Ensuite en ce qui concerne la contribution totale (on prend en compte les intermédiaires).

Le Japon est l’un des pays les plus touchés par l’effondrement du marché automobile avec une contribution totale à la croissance du PIB de -1.5 pour l’année 2008. Le « multipplicateur de valeur ajoutée » – qui prend en compte l’ensemble des consommations intermédiaires (boîte de vitesse, airbag, pneus etc…) pour produire une automobile – est le plus fort de tous les pays développés soit 4.1, ce qui signifie que la crise économique se répercute sur l’ensemble des fournisseurs intérmédiaires qui contrairement à d’autres pays sont pour la majorité situés sur le territoire national (et souvent intégrés dans les mêmes régions).

Brève sur le RSA

C’est souvent la société civile active qui a l’initative dans les projets innovateurs des gouvernements concernant les précaires et les exclus. Il ya eu la mobilisation réussie des enfants de Don Quichotte soutenus par Médecin du Monde et le vote par le parlement en mars de la loi sur le Droit Au Logement Opposable (DALO).  Il y  a maintenant l’expérimentation du Revenu de Solidarité Active (RSA), porté par Martin Hirsch, ancien président d’Emmaüs France et nouveau Haut Commissaire aux Solidarités Actives.

Le principe du RSA est de lutter contre la "trappe à inactivité", c’est-à-dire le fait que les personnes n’ont pas intérêt à reprendre une activité économique car elle ne compense qu’imparfaitement la perte des prestations sociales. Le RSA est donc une prestation sociale, complémentaire du revenu de l’activité professionnelle, qui a pour but de rendre attractif la reprise d’une activité économique. Ce dispositif concerne les allocataires du RMI  et de l’API situés dans les départements qui ont décidé de participer à son expérimentation (26, mais le chiffre est incertain). Le RSA a une durée maximum de trois années et coûtera 25 millions d’euros à l’Etat en 2007.

Les grandes dates :

21 avril 2005 – remise du rapport de la commission "Familles, vulnérabilités, pauvretés", première présentation du RSA comme moyen de lutter contre le chômage

18 mai 2007 : nomination de Martin Hirsch au poste de Haut Commissaire aux Solidarités Actives

20 juin 2007 : présentation du RSA au Conseil des ministres

10 juillet 2007 : installation du Comité d’évaluation national des expérimentations du RSA

10 au 13 juillet 2007 : discussion du projet de loi à l’Assemblée nationale

30 septembre 2007 : date limite d’inscription pour les départements volontaires à l’expérimentation du RSA

fin 2008 : généralisation du dispositif à l’ensemble du pays

Nombre de chômeurs en France en février : + 80 000

79 900 chômeurs en plus en France selon le ministère de l’emploi, soit 2.38 millions de personnes.
Sont comptées comme chômeurs les personnes qui sont à la recherche d’un temps plein (que se soit un CDD ou de l’intérim) ou d’un CDI et qui ont travaillé moins d’un mi-temps dans le mois.
Si on ajoute les personnes qui sont inscrites mais exercent une activité réduite, on obtient le chiffre de 3.4 millions.

Entre janvier et décembre 2008, la hausse était de 217 000. Pour l’année 2008, la hausse touche surtout les jeunes (c’est-à-dire les moins de 25 ans)- + 23% en 2008, la seconde plus forte hausse concerne les 25-45 ans + 14% -, et les hommes – +21% en un an, + 8% pour les femmes.

Etats-Unis : rapport Hunger and Homelessness 2007

L’étude réalisée par la conférence des maires des Etats-Unis( The U.S. conference of Mayors) sur la faim et les sans-abri a été rendue publique le 17 décembre. La première initative date de 1982. A l’époque, près de 60% des demandes d’aide – alimentaire, hébergement notamment – ne pouvait être pris en compte par les autorités locales. Si des progrès ont été perceptibles depuis 25 ans, ce dernier rapport met en évidence une dégradation récente de la situation. Bien que cette étude ne soit pas une étude nationale, elle permet de souligner l’évolution de la pauvreté dans les 23 grandes villes qui ont participé à cette étude. Les données quantitatives ont été collectées entre novembre 2006 et octobre 2007.
La première partie concerne la question de la faim, et 19 villes sur 23 ont répondu.
  • 80% des villes ont connu une augmentation de la demande d’aide alimentaire
  • L’augmentation est de 10 pourcent sur les 12 derniers mois
  • 13 villes ont reconnues qu’elles ne pouvaient pas faire face à la demande
  • 17% des demandeurs n’ont pas pu recevoir de nourriture dans ces 13 villes
  • 13% de ces demandeurs étaient avec des enfants
  • La valeur des coupons alimentaire n’arrive pas à suivre l’augmentation des prix des denrées

En ce qui concerne les sans-abri, c’est-à-dire les personnes qui ont demandé un accès à un hébergement pour sans-abri, sur 23 villes :

  • 23% sont des ménages avec enfants. La cause de leur errance est majoritairement la pauvreté et les violences domestiques.
  • 76% sont des célibataires. La cause de leur errance est majoritairement des problèmes personnels (problèmes psychologiques, drogue).
  • Le pourcentage restant est composé de personnes non majeures
  • Dans 12 villes, les demandes auprès des centres d’hébergement ont dépassé l’offre
  • On constate le retour sur le circuit d’hébergement d’urgence de personnes qui l’avait quitté il y a dix ans.

La conclusion du vice-président de la commission de la task force : "il y a encore beaucoup de travail qui reste à faire de la part de la nation tout entière". La coopération de l’Etat fédéral a également été demandée.

————–
Liste des villes qui ont participé à cette étude :


• Boston, MA
• Charleston, SC
• Charlotte, NC
• Chicago, IL
• Cleveland, OH
• Denver, CO
• Des Moines, IA
• Detroit, MI
• Kansas City, MO
• Los Angeles, CA
• Louisville, KY
• Miami, FL
• Nashville, TN
• Philadelphia, PA
• Phoenix, AZ
• Portland, OR
• Providence, RI
• Salt Lake City, UT
• San Francisco, CA
• Santa Monica, CA
• Seattle, WA
• St. Paul, MN
• Trenton, NJ

Le manifeste du Parti Démocrate Japonais : les mesures pour l’emploi

Après l’élection, la lecture. Que dit le manifeste du PD japonais en ce qui concerne l’emploi et la lutte contre la précarité, et quelques remarques rapides.

« We will expand regular employment and ban, in principle, the dispatch of temporary workers to manufacturing jobs ». (P.D., Manifest, 2009, p.17)

En ce qui concerne l’interdiction du travail intérimaire dans l’industrie manufacturière, ils arrivent en quelque sorte, après la bataille. Des bataillons entiers de travailleurs intérimaires ont été licenciés ou non renouvelés et, en cette période de crise. L’industrie manufacturière s’est en quelque sorte autorégulée et a déjà exhaussé les voeux du PD. De plus, il y avait le problème complexe des travailleurs intérimaires qui travaillaient pour leur troisième année et qui n’auraient de toute manière pas pu renouveler leur contrat

L’idée d’étendre l’emploi régulier est bien entendu une bonne idée mais qui va à l’encontre de la tendance à long terme de la précarisation de l’emploi au Japon – maintenant près de 35 pour cent des emplois salariés. L’objectif plus réaliste serait travailler à des moyens d’assurer une plus grande sécurité des emplois atypique. 

« We will aim to achieve a national average minimum wage level of 1000 yen per hour, while assisting SMEs » (P.D., Manifest, 2009, p.17)

Tout de suite l’attention se porte sur le chiffre magique des 1000 yens qui représentent une augmentation du salaire horaire de 30 pour cent, si on prend pour référence la moyenne nationale. C’est une augmentation très forte, elle ne sera peut-être pas possible, mais la première idée, c’est clairement une revalorisation des bas salaires.

L’autre idée, il me semble, mais je lis sûrement trop entre les lignes, c’est une revalorisation de la moyenne nationale. Il n’y a pas de SMIC au Japon, et le salaire minimum dépend en fonction des régions. Par exemple à Tokyo, le salaire minimum est de 766 yens, à Hokkaido, il est de 667 yens – soit une différence de plus de 20 pour cent. C’est une différence qui est censée être adaptée à la variation du coût de la vie. La revalorisation pourrait prendre trois directions : la création d’un revenu national minimum quelque soit la région, la revalorisation plus forte des régions périphériques, une revalorisation proportionnelle pour toutes les régions. (Une revalorisation plus forte des régions industrielles centrales, Type Osaka, est hors de question).
Quelque soit la solution retenue (sauf celle entre parenthèse), elles sont intéressantes car elles pourraient permettre de lutter contre la désertification en rendant attractive des régions aujourd’hui sur le déclin démographique. Il me semble que même dans le cas d’une revalorisation égale de trente pour cent de tous les plus bas salaire, le gain en pouvoir d’achat est beaucoup plus fort dans les régions dont le coût de la vie est faible, comme Hokkaido.

Il me semble néanmoins que cette mesure n’est pas chiffrée dans le programme (p7). Dans les « mesures pour l’emploi », sont chiffrées deux mesures :  « étendre la sécurité de l’emploi vers les travailleurs non-réguliers » et « aide à la recherche d’emploi et d’autres mesures similaires » pour un coût total de 1.1 trillion de yens pendant quatre ans. La mesure « élever le salaire minimum » tout comme « le soutien aux SMEs » apparaît dans le paquet des mesures dont le financement n’est pour l’instant pas assuré et qui seront « mises en oeuvre progressivement, au fur et à mesure de la sécurisation des ressources financières ».

« We will realise equal treatment such that people doing the same work at the same workplace can receive the same wage, and we will promote worklife balance ».

Le même salaire pour le même travail, c’est une très forte demande de la part des associations de soutiens des plus précaires. Hum… il va falloir travailler ce point, c’est intéressant.

 

France 2010 – Rapport ONPES rendu public

Le rapport de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale vient d’être rendu public.
Lien : 
http://www.onpes.gouv.fr/Les-Rapports.html

On y apprend notamment que le niveau de pauvreté est resté plus ou moins stable depuis dix ans mais que que le nombre de plus pauvre a progressé, de 2.1 pour cent en 2002 à 3.1 pour cent en 2007.
sont considérées comme pauvres les personnes dont le revenu est inférieur à 60 pour cent du revenu médian (une des définitions de la pauvreté relative). Les « plus pauvres » sont les personnes qui ont un revenu inférieur à 40 pour cent du revenu médian.

D’autre part, le nombre de travailleurs pauvres est passé de 1.7 millions à 1.9 millions entre 2005 et 2007. (mais leur proportion dans la population active est en baisse de 7 à 6.7 pour cent).