Archives mensuelles : octobre 2007

Japon. Enquête Nationale Sans-abri 2007 (1)

Deux enquêtes nationales concernant les sans-abri au Japon ont été jusqu’à maintenant réalisées. La première en 2003 et la seconde, dont les résultats ont été rendus publics il y a quelques mois, en 2007 (accessible à cette adresse email : http://www.mhlw.go.jp/houdou/2007/04/h0406-5.html). On a donc une idée de l’évolution du phénomène sans-abri sur quatre années.

Baisse du nombre de sans-abri

La première nouvelle, c’est la baisse particulièrement importante du nombre de sans-abri. En 2003, il y avait sur le plan national  25 000 sans-abri. L’enquête 2007 donne comme résultat national 18 500 sans-abri. La population sans-abri a donc été réduite d’un quart.

En ce qui concerne les villes qui étaient le plus touchées, et en chiffres ronds (graphique 1) :

  • Osaka passe de 6 600 à 4000 (-40%).
  • Tokyo passe de 6000 à 4300 (-30%).
  • Nagoya passe de 1800 sans-abri à 750 (-60%).

Graphique 1. Evolution de la population sans-abri
dans les principales villes du Japon
Source : Kôsei rôdô shô, enquête nationale
sur la situation des sans-abri, 2007


Le phénomène sans-abri est essentiellement un phénomène urbain et 70% de la population sans-abri se situe dans une grande ville japonaise. Pour les petites agglomérations, la baisse du nombre de sans-abri est de 20%.
Le pourcentage de femme est encore plus faible que lors de l’enquête 2003, et près de 97% de la population recensée est masculine (après correction, c’est-à-dire sans prendre en compte la catégorie de réponse "indéterminé"). Il n’y a pas de chiffres concernant le pourcentage de population étrangère. Il est infime, la population sans-abri au Japon est japonaise.

La baisse et sa spatialisation

En quatre années, la population sans-abri des parcs a été presque divisée par deux, de plus de 10 000 à moins de 6 000. Il s’agit de la plus forte baisse, devant  la population des gares ou des rues, qui baisse de près d’un quart (graphique 2).

Graphique 2 – Espaces utilisés par les sans-abri comparaison 2003 – 2007
Source : kôseirôdôshô, enquête nationale sur la situation des sans-abri, 2007


Les parcs demeurent les espaces les plus utilisés par les sans-abri. En 2003, ils abritaient 40% de la population sans-abri. En 2007, ils abritent encore plus de 30% de cette population.

Japon. Enquête Nationale Sans-Abri 2007 (2)

Age de la population à la rue

La population à la rue est essentiellement composée de personnes âgées au Japon.
Il faut tout d’abord signaler que la moyenne d’âge, en légère augmentation, a été calculée à 57.5 ans dans l’enquête 2007. De plus, le pourcentage de la population âgée de plus de 50, qui représentait déjà plus de 80 pourcent en 2003, représente aujourd’hui près de 85 pourcent.
Surtout, une ligne de démarcation est perceptible entre les catégories d’âge situées en dessous de 55 ans et celles situées en dessus (graphique 3). Une baisse significative est perceptible entre 2003 et 2007 pour toutes les catégories qui se situent en dessous de cette ligne, notamment pour les catégories 45-49, 50-54. En revanche, toutes les catégories situées après cette ligne sont en augmentation.
Consécutivement, la part des plus de 55 ans a pris plus de 10 points entre 2003 et 2007 et représente désormais près de 70% de la population à la rue.

Graphique 3 – Evolution de l’âge de la population sans-abri
pourcentage par classe d’âge
Source : kôseirôdôshô, enquête nationale sur la situation des sans-abri, 2007 ; kôseirôdôshô, enquête nationale sur la situation des sans-abri, 2003

Usage de l’espace par les sans-abri

Près de 85 pourcent des sans-abri ont un lieu défini de couchage. Cette proportion est à peu près identique à celle de 2003. Mais les chiffres les plus intéressants sont ceux qui concernent la forme de couchage, répartie en quatre catégories, de la plus protectrice à la plus précaire : cabane, cartons (c’est-à-dire que les sans-abri se protègent du froid en montant autour d’eux des cartons), couvertures ou sacs de couchage et enfin absence d’aucune protection. On remarque, entre 2003 et 2007, une tendance à la précarisation de la forme de couchage (graphique 4). Ainsi, la proportion de personnes qui utilisent des cabanes ou des cartons est passée de 77% en 2003 à 69% 2007. En revanche, les formes précaires de couchage – couverture et absence de protection -, passent de 17% à 26%. (On n’obtient pas 100% car il existe un pourcentage de réponse inconnue).

Graphique 4 – formes de couchage des sans-abri : comparaison 2003 – 2007
Source : kôseirôdôshô, enquête nationale sur la situation des sans-abri, 2007

En ce qui concerne le lieu de couchage, il y a également de grandes modifications (graphique 5). L’usage des parcs est toujours majoritaire mais a décru de 13 pourcent en 4 années pour passer de 48.9% à 35.9%. Il faut y voir le résultat, notamment pour Tokyo, à la fois d’une politique de réinsertion qui a ciblé spécifiquement à partir de 2005 les sans-abri sédentarisés dans les parcs pour leur proposer des logements, et une politique d’éviction mise en oeuvre dans toutes les grandes villes pour "normaliser" l’usage des parcs publics et en exclure les sans-abri et leurs cabanes. La population qui dort dans la rue ou bien dans les gares est également en légère diminution avec probablement les mêmes causes : une politique de réinsertion avec une gestion plus stricte de l’espace public. La majorité des sans-abri se reporte alors sur le bord des rivières. Cette catégorie prend plus de 14 points entre 2003 et 2007 et passe de 17.5% à 31.8%.

Graphique 5 – lieu de couchage 2003 – 2007
Source : kôseirôdôshô, enquête nationale sur la situation des sans-abri, 2007


Références :

enquête 2003
http://www.mhlw.go.jp/houdou/2003/03/h0326-5.html

enquête 2007
http://www.mhlw.go.jp/houdou/2007/04/h0406-5.html

Japon. Enquête Nationale Sans-Abri 2007 (3)

En ce qui concerne le dernier secteur d’emploi des sans-abri, il y a peu de différences entre 2003 et 2007 : avant de devenir sans-abri, à peu près un tiers des personnes interrogées travaillait dans le tertaire et deux tiers dans le secteur secondaire. Au sein de ce secteur, le bâtiment représente encore à lui seul près de 50% des réponses.

Baisse du nombre des travailleurs journaliers (hiyatoirôdôsha)
 

En revanche, il existe une évolution dans la forme du dernier emploi (graphique 6). En particulier, on note une baisse marquée entre 2003 et 2007 de la catégorie de travailleurs journaliers qui passe de 36% à 26%, et une augmentation de toutes les autres formes d’emploi (employé à temps complet, employé en temps partiel, employé dans une entreprise familiale). 

Graphique 6 – Dernier emploi : forme du contrat de travail
Source : http://www.mhlw.go.jp/houdou/2007/04/h0406-5.html

 

Cette modification est intéressante car il existe une différence entre la forme d’emploi journalier – qui est de type dérogatoire – et les autres formes d’emploi qui sont de droit commun. L’emploi journalier (hiyatoi) est en effet en marge de l’emploi normal. Le plus souvent, le « contrat » est passé de manière orale et il n’existe pas de cadre juridique. Les teihaishi – les recruteurs – sont également souvent liés à la mafia japonaise, soit directement – ils appartiennent à des gangs – soit ils doivent payer leur droit de recruter sur un espace qui appartient à un gang. La diminution rapide de la forme d’emploi journalier permet donc de signaler que les personnes qui sont touchées par l’extrême pauvreté sont de moins en moins les laissez-pour-compte d’un système parallèle de recrutement et de plus en plus ceux du système « normal » de l’emploi.

Absence d’expérience yoseba

Autre résultat qui permet de signaler la « normalisation » de la pauvreté de rue, la baisse du nombre de personnes qui, à la rue, ont eu l’expérience des yosebas. Les yosebas étaient – et sont de moins en moins – des ghettos qui concentraient une population de travailleurs journaliers du bâtiment, masculine et célibataire, et fonctionnaient comme un microcosme social séparé du reste de la société avec tôt le matin le marché du travail informel et le soir la mise à disposition de centaines de chambres d’hôtels à bas prix (les doyas), l’ensemble de cette économie étant gérée par des gangs de yakusas. Il existe quatre grands yosebas au Japon : celui de Osaka, Kamagazaki, celui de Tokyo, Sanya, celui de Yokohama, Kotobukichô et celui de Nagoya, Sasashima. Au début des années 90 et du phénomène sans-abri, la plus grande majorité des sans-abri provenait des ghettos : les travailleurs journaliers –hiyatoirôdôsha -, trop âgés et confrontés à une grave crise du bâtiment, ne trouvaient plus d’emploi et n’avaient d’autre choix que de squatter les espaces publics alentours puis de plus en plus éloignés du Yoseba.
Au début des années 90, plus des trois-quart des sans-abri à la rue étaient des anciens travailleurs journaliers des yosebas. En revanche, l’enquête de 2007 fait apparaître que moins d’un tiers des sans-abri ont l’expérience des yosebas. Ce pourcentage est en baisse constante.

Les formes du logement avant la rue

Les formes du logement avant la rue permettent également de souligner la disparition progressive de la part des travailleurs yosebas au sein de la population sans-abri (graphique 7). Ainsi, les personnes qui utilisaient comme logement un doya, le nom des hôtels concentrés pour la plupart au sein des yosebas, est la seule catégorie fortement en baisse. Elle représente  désormais moins de 8% en baisse de 4 points par rapport à 2003.
Sans grand changement par rapport à 2003, près de la moitié des sans-abri habitait soit dans une maison dont ils étaient propriétaires (8.2%) soit dans un appartement du secteur privé (38%) ou du secteur public (3%) qu’ils louaient. De même, la catégorie des personnes qui étaient hébergées dans une baraque de chantier est stable à 13%.
En revanche, la catégorie des personnes qui vivaient dans un appartement fournit par l’entreprise est en hausse à 17%. Elle absorbe en quelque sorte la baisse de 4 points de la catégorie des doyas et permet de souligner à nouveau le processus de « normalisation » de la pauvreté de rue au Japon.

Graphique 7 – Type de logement avant de devenir sans-abri
Source : Source : http://www.mhlw.go.jp/houdou/2007/04/h0406-5.html

 

Japon. Enquête sans-abri 2007 (4)

Allongement de la durée de vie à la rue

Le nombre de sans-abri qui sont à la rue depuis moins de 5 ans est en forte baisse et passe entre 2003 et 2007 de plus de 60% à 40%. La catégorie qui concentre le plus fort pourcentage, soit 30%, est celle des personnes qui sont à la rue depuis plus de 5 ans et moins de 10 ans. La population qui demeure à la rue est donc de moins en moins composée de primo-arrivant mais de personnes qui ont une longue expérience de la rue.

Graphique 7 – Durée de vie à la rue
Source : enquête nationale sur la situation des sans-abri 2007 http://www.mhlw.go.jp/houdou/2007/04/h0406-5.html

Vie à la rue

70% des sans-abri travaillent, et près de 70% de ceux qui travaillent  sont dans la récupération (aluminimum des canettes, cartons, livres, tri sélectif). 10% travaillent dans l’industrie du bâtiment. Le revenu de 75% des sans-abri qui travaillent se situe entre 10 000 yens et 30 000 yens (60 et 180 euros)  par mois. 90% des sans-abri qui travaillent n’ont aucune autre source de revenu. Dans le cas d’une aide complémentaire, la solidarité familiale est rare et ne représente pas 10% de ces aides.

Les sans-abri identifient trois problèmes principaux qui sont dans l’ordre : le maintien d’une hygiène appropriée, la conditions météorologique de survie (froid, pluie) et la difficulté de trouver de la nourriture. A la question, "quel est le problème le plus récurrent ?", près de 30% des sans-abri choisissent "trouver de la nourriture", soit la réponse la plus importante.