Archives mensuelles : octobre 2014

Vocabulaire de la spatialité japonaise : Prix du livre de l’académie d’architecture 2014

vocabulaire-de-la-spatialite-japonaise-sous-la-direction-de-philippe-bonnin

 

 

Le dictionnaire dirigé par Philippe Bonnin, Nishida Masatsugu,  Inaga Shimegi, « Vocabulaire de la spatialité japonaise », auquel j’avais eu le plaisir de participer va recevoir le Prix du livre de l’académie d’architecture 2014.

 

 

Characteristics of the Rebellious Youth in Japan, University of Michigan Noon Lecture (30 octobre 2014)

Je donnerai une conférence à l’université du Michigan dans le cadre des Noon Lecture du Centre d’études sur le Japon (Center for Japanese Studies).

Titre de l’intervention : Characteristics of the Rebellious Youth in Japan

Résumé :

The mobilization of Japanese youth has been a recent but decisive factor in strengthening the anti-poverty movement in Japan, which is one of the major Japanese social movements. It triggered major juridical reforms, such as the public assistance law or the temporary workers law. However, little is known about these young people.

By joining the Tokyo Youth Union, one of the major organizations that support the mobilization of young people, I gathered both qualitative and quantitative data regarding its members. I will present new findings concerning the characteristics of these young people and the process that leads to their mobilization.

 

 

MSH Grenoble : commentaire de documentaires

J’interviendrai dans le cadre des XVIIIème rencontres autour du film ethnographique à la Maison des Sciences de l’Homme de Grenoble (retour au pays !) le vendredi 17 octobre 2014.

Je présenterai/commenterai les deux documentaires suivants :

Tokyo freeters
Marc Petitjean, France, 2010, 47’
Au Japon on les appelle les « freeters ». Ils sont environ 4 millions. Jeunes, parfois diplômés, ils vivent d’emplois précaires et sont souvent victimes de la conjoncture économique et des conditions de travail imposées par les employeurs. Certains développent un mode de vie particulier, une contre-culture à la japonaise. Ce documentaire approche aussi ces jeunes Japonais qui refusent la société de consommation, la soumission de leurs parents, et le travail comme seul objectif de vie.

La voie de l’encre
Pamela Valente & Pascal Bagot, France, 2010, 70’
La voie de l’encre lève le voile sur l’un des secrets les mieux gardés de l’artisanat japonais : le tatouage traditionnel ou irezumi. À travers le quotidien d’une des dernières familles de tatoueurs et une galerie de personnages, le film est une plongée dans l’univers troublant de ce fils illégitime de l’estampe.

 

 

Abrogation de la retraite à 60 ans


La modification de la loi concernant la stabilisation de l’emploi pour les personnes âgées (kôreisha koyô anteihô) adoptée en juin 2004 rend obligatoire l’élévation de l’âge légal de la retraite (teinen) de 60 à 65 ans.Les modificationsUne modification de la même loi en 1998 avait déjà décidé de repousser l’âge de la retraite. Sa mise en oeuvre n’était cependant pas obligatoire et reposait sur la coopération des entreprises. Une étude du Ministère du Travail et de la Santé (kôseiroudoushô) a permis de mettre en évidence qu’en 2003, près des trois-quart des entreprises avaient pris les dispositions nécessaires ce qui rend le nouveau caratère obligatoire moins contraignant.
La nouvelle loi abroge donc le système de retraite à 60 ans. Elle pose des paliers de report de l’âge de la retraite. Depuis avril 2006, l’âge légal de la retraite est porté à 62 ans. Entre 2007 et 2009, il sera porté à 63 ans, puis, entre 2010 et 2012 à 64 ans. A partir de 2013, l’âge de la retraite sera donc de 65 ans.
Enfin, un système pour assurer la continuité de l’emploi des personnes de plus de 60 ans (keizoku koyô seido )est mis en oeuvre, notamment avec une prime versée par l’Etat. Des accords doivent être trouvés, dans les trois ans pour les entreprises de plus de 300 personnes et dans les cinq ans pour les petites et moyennes entreprises.Les causesIl existe deux raisons qui président au relèvement de l’âge de la retraite.
D’une part, il faut répondre à un problème de pénurie de main d’oeuvre, conséquence du vieillissement accéléré de la population japonaise. Dans les conditions actuelles, il apparait que la population active du Japon, aura baissé de près de 8 million et demi en 2015 (base 2002).
Il existe cependant d’autres moyens de répondre à une pénurie de main-d’oeuvre notamment par une modification de la politique d’immigration. De plus, la pénurie de main d’oeuvre s’exprime par secteur et l’employabilité des personnes âgées dans certains d’entre eux est faible (les services notamment ou le bâtiment). Enfin, le coût de la main d’oeuvre des plus de 60 ans est relativement faible, ce qui les met en concurrence directe avec les populations qui entrent sur le marché du travail.

D’autre part, et surtout, la loi de 2004 concernant la réforme des retraites (nen kin kai kaku hô) repousse l’âge d’ouverture des droits de 60 à 65 ans, notamment pour répondre au déficit prévu de la caisse des retraites. Le relèvement de l’âge de la retraite dans les entreprises apparait comme un moyen de substituer pendant cette période des revenus du travail à la baisse des revenus sociaux.

Emploi atypique au Japon – Enquête 2003 (1)

L’enquête 2003 du ministère du travail et de la santé sur la diversification des formes de l’emploi au Japon a été rendue public en juillet 2004*. Il s’agit d’une enquête de grande ampleur qui concerne l’emploi atypique (hiseisyain).

Elle a été réalisée sur l’ensemble du territoire japonais, dans 14 industries, à l’exception des services à la personne, et des japonais à l’étranger. Deux questionnaires ont été envoyés, l’un aux employeurs et l’autre aux employés dans 16 232 entreprises de plus de 5 employés. 11624 employeurs ont répondu au premier questionnaire et 24 930 employés ont répondu au second questionnaire. Le retour sur questionnaire a été de plus de 70 pourcent dans les deux cas.

 

Les enquêteurs ont procédé au préalable a un travail de définition minutieux sur lequel il est important de s’attarder.

Les employés en CDD (seishain) sont, parmi des travailleurs dont la période d’emploi n’est pas définie, les personnes qui ne travaillent pas en temps partiel et qui ne sont pas des personnes en mission (shukkosha). Il me semble qu’en ce qui concerne ce dernier point, il s’agit de ne pas intégrer dans la catégorie des employés en CDD les personnes qui travaillent dans des agences de placement.

Ensuite, 7 catégories d’emploi atypique sont distinguées (hiseishain)

Les employés contractuels (keiyakushain) Ce sont les travailleurs qui sont employés pour une période déterminée pour un travail particulier nécessitant un fort savoir technique ou spécialisé.

Les employés rattachés (shokutakushain) Ce sont les personnes qui, après leur retraite, sont ré-employés dans leur entreprise pour une période déterminée. L’existence de cette catégorie  est liée à l’élevation de l’âge de la retraite (62 ans en 2006).

Les employés missionés (shukkosha) Ce sont les personnes qui sont missionnés par une entreprise pour travailler dans une autre entreprise. N’est pas pris en compte le fait de savoir si cette personne travaille ou non en CDI dans l’entreprise d’origine.

Les employés intérimaires (hakenrôdôsha). Ce sont les personnes qui sont envoyés en mission par des entreprises d’interimaires, officiellement certifiées (loi sur les travailleurs intérimaires). Sont distingués les employés intérimaires « enregistrés (tôrokukei)», qui sont enregistrés comme employés intérimaires dans la base de donnée de l’entreprise mais ne sont pas employés directement par cette dernière, et les employés intérimaires « employés (jyôyôkoyôkei) », qui sont employés directement par l’entreprise d’intérim.

Les employés temporaires (rinjitekikoyôsha) qui sont les personnes dont la période d’emploi est comprise entre un jour et un mois.

Les employés à mi-temps (pâtotaimurôdôsha) qui sont les personnes dont la période de travaille dépasse un mois ou n’est pas définie explicitement, et qui, soit pour une journée de travail soit pour une semaine de travail donnée travaillent moins d’heures ou de jours qu’un employé en CDI.

Autres (sonohoka) concerne les employés qui ne rentrent pas dans les catégories précédentes (par exemple les travailleurs journaliers (hiyatoirôdôsha).


L’ampleur et la minutie de cette enquête permettent de considérer les résultats de cette enquête comme particulièrement fiables pour comprendre la situation de l’emploi atypique au Japon.

 

* Kôseirôdôshô, Heisei 15 nen shûgyû keitai no tayôka ni kansuru sôgôjittai chôsakekkanogaikyô (Diversification des formes del’emploi – situation générale, résultat de l’enquête 2003), Juillet 2004. http://www.mhlw.go.jp/toukei/itiran/roudou/koyou/keitai/03/index.htm (30 octobre 2006).

Chômage au Royaume-Uni

Drapeau-anglais.png

Le tournant de la rigueur amorcé par Cameron se paye par une hausse du chômage qui atteind de nouveaux records (la dernière fois c’était en 1994).

Il y a désormais 2,6 millions de Britanniques au chômage soit 8.1 pour cent de la population active.

Le chômage des jeunes en particulier est préoccupant. Il touche près de 1 million de jeunes entre 16 et 24 ans (soit 21.3 pour cent de cette classe d’âge, record historique).

A noter qu’un peu plus de 100 000 fonctionnairesont été licenciés suite au plan de rigueur.

 

[Source : lemonde.fr 12.10.2011]

Japon : face à la crise, l’intervention des collectivités locales

Pour faire face à la dégradation de la situation de l’emploi, un budget exeptionnel a été décidé dans 16 préfectures, soit par l’assemblée délibérante organisée en session exeptionnelle, soit par décret du gouverneur, pour un total de 150 milliards de yens (1.2 milliards d’euros) afin de favoriser l’emploi.

Nombre de chômeurs en France en février : + 80 000

79 900 chômeurs en plus en France selon le ministère de l’emploi, soit 2.38 millions de personnes.
Sont comptées comme chômeurs les personnes qui sont à la recherche d’un temps plein (que se soit un CDD ou de l’intérim) ou d’un CDI et qui ont travaillé moins d’un mi-temps dans le mois.
Si on ajoute les personnes qui sont inscrites mais exercent une activité réduite, on obtient le chiffre de 3.4 millions.

Entre janvier et décembre 2008, la hausse était de 217 000. Pour l’année 2008, la hausse touche surtout les jeunes (c’est-à-dire les moins de 25 ans)- + 23% en 2008, la seconde plus forte hausse concerne les 25-45 ans + 14% -, et les hommes – +21% en un an, + 8% pour les femmes.

Brève sur le RSA

C’est souvent la société civile active qui a l’initative dans les projets innovateurs des gouvernements concernant les précaires et les exclus. Il ya eu la mobilisation réussie des enfants de Don Quichotte soutenus par Médecin du Monde et le vote par le parlement en mars de la loi sur le Droit Au Logement Opposable (DALO).  Il y  a maintenant l’expérimentation du Revenu de Solidarité Active (RSA), porté par Martin Hirsch, ancien président d’Emmaüs France et nouveau Haut Commissaire aux Solidarités Actives.

Le principe du RSA est de lutter contre la "trappe à inactivité", c’est-à-dire le fait que les personnes n’ont pas intérêt à reprendre une activité économique car elle ne compense qu’imparfaitement la perte des prestations sociales. Le RSA est donc une prestation sociale, complémentaire du revenu de l’activité professionnelle, qui a pour but de rendre attractif la reprise d’une activité économique. Ce dispositif concerne les allocataires du RMI  et de l’API situés dans les départements qui ont décidé de participer à son expérimentation (26, mais le chiffre est incertain). Le RSA a une durée maximum de trois années et coûtera 25 millions d’euros à l’Etat en 2007.

Les grandes dates :

21 avril 2005 – remise du rapport de la commission "Familles, vulnérabilités, pauvretés", première présentation du RSA comme moyen de lutter contre le chômage

18 mai 2007 : nomination de Martin Hirsch au poste de Haut Commissaire aux Solidarités Actives

20 juin 2007 : présentation du RSA au Conseil des ministres

10 juillet 2007 : installation du Comité d’évaluation national des expérimentations du RSA

10 au 13 juillet 2007 : discussion du projet de loi à l’Assemblée nationale

30 septembre 2007 : date limite d’inscription pour les départements volontaires à l’expérimentation du RSA

fin 2008 : généralisation du dispositif à l’ensemble du pays

Emploi atypique au Japon – enquête 2003 (2)

Les statistiques de l’enquête employeur
Les premières statistiques concernent la réparition de l’emploi atypique par secteurs.
Parmi les 14 secteurs, les cinq plus gros demandeurs de main d’oeuvre atypiques sont dans un ordre décroissant
1 Restauration et l’hôtellerie (71%)
2 Vente en gros et au détail (45%)
3 Une catégorie « des services » (42%), qui regroupe des entreprises qui n’ont pas pu être placées dans d’autres catégories
4 Education et du soutien scolaire (39%),
5 Vente immobilière (36%).Ces cinq industries emploient donc au minimum un tiers de leur main d’oeuvre en emploi atypique.Les cinq plus faibles demandeurs de main d’oeuvre atypique sont dans l’ordre décroissant :
1 Fournisseurs -eau, gaz, électricité- (9%)
2 Mines (11%)
3 Construction (15%)
4 Information et communications ; banques (22%)
5 Industrie (23%)

La caractéristique commune des cinq catégories qui emploient le plus de travailleurs « atypiques » est de faire partie du secteur tertiaire, nouveau moteur de l’emploi au Japon. En revanche, les catégories qui emploient le moins de salariés atypiques sont pour la plupart situés dans le secteur secondaire (industrie, mine, construction, fournisseurs), en declin depuis une dizaine d’années. A elles seules les cinq catégories les plus « atypiques »  représentent ainsi 50% de la masse salariale totale (emploi atypique et CDD), les cinq catégories les moins « atypiques » n’en représentent plus qu’ un tiers.

 

Il faut cependant prendre en compte un biais. Les secteurs en declin ont tendance à se concentrer sur la main d’oeuvre stable, car se sont les emplois atypiques, plus flexible, qui sont les premiers à disparaitre en cas de ralentissement économique. C’est le cas par exemple dans la construction ou les emplois journaliers ont été les premiers à décroitre après l’entrée dans la crise de ce secteur au début des années 90.

 

Ceci étant dit, il peut néanmoins être souligné que lorsque le secteur secondaire était au coeur de la croissance de l’économie japonaise, se sont avant tout des emplois stables qui se sont développés. Maintenant que le secteur tertiaire est au coeur de la croissance, il appparait que le recours à l’emploi atypique ne fonctionne plus seulement comme une variable d’ajustement. Il s’agit plus vraisemblablement d’un mode régulier de gestion qui concerne la majorité de la main d’oeuvre.
Il est d’ailleurs très probable que la queue du peloton dans les cinq catégories les plus « atypiques » refassent leur retard. Il faut prendre en considération notamment la récente loi de privatisation des universités (dai gaku min ei ka) et la fin de la longue crise du secteur immobilier (l’intérêt croissant des courtiers pour ces établissements est également le signe d’un renouveau).

Recession en France (Insee note de conjoncture, mars 2009)

selon la note de conjoncture de l’INSEE (pour les six premiers mois de l’année de 2009) :
L’accès se situe ici :

http://www.insee.fr/fr/themes/theme.asp?theme=17&sous_theme=3&page=note.htm

 

Pour la France

On retient :

Contraction du PIB pour la première moitié de l’année 2009 de -2.9, ce qui annéantit le record de 1993, -0.9.

– Pertes d’emploi : 387 000 postes détruits sur six mois. Seul la création d’emploi dans le secteur non marchand pourrait compenser cet effcondrement.

281 000 chômeurs de plus sur cette période et un taux de chômage à 8.8 pour cent. Pour la première fois, hausse du nombre de personne qui renonce à entrer sur le marché du travail.

Les jeunes seraient particulièrement touchés : augmentation rapide de leur taux de chômage. au cours de l’année 2008, le taux de chômage des 15-24 ans a augmenté de près de 3 pour cent alors qu’il n’a augmenté que de 0.4 pour cent pour les adultes (et a été plus tardive, mais c’est lié aux types d’emploi il me semble).

L’Insee souligne :

« Il n’est pas certain, enfin, que la pertinence des outils d’analyse confectionnés à partir d’évolutions « moyennes » de la conjoncture soit préservée dans des circonstances exceptionnelles comme celles que nous vivons. L’incertitude inhérente aux exercices de prévision s’en trouve probablement accrue. »

Pour le Japon

la note souligne (http://www.insee.fr/fr/indicateurs/analys_conj/archives/mars2009_f3.pdf):

contraction sans précédent des exportations : -13.8 pour cent au dernier trimestre 2008, -12 pour cent (prévision) pour le premier trimestre 2009, -3 pour cent pour le deuxième trimstre.

effondrement de l’utilisaton des capacité de production : 78 pour cent en décembre 2008 (on était a 100 pour cent quelques mois auparavent) soit son plus bas niveau depuis 1968.

– contraction du commerce mondial + appréciation du yen + baisse des salaires + licenciement ou non renouvellement des contrats de travail = retour de la déflation

Eclairage : le secteur automobile

Je voulais m’arrêter là mais il y avait également un éclairage très intéressant sur les conséquences de la crise sur le secteur économique, avec des informations comparatives sur le Japon.

Tout d’abord, la baisse des exportations japonaises, qui commence bien avant la crise (graphique 1):

graphique 1 – Evolution des exportations japonaises d’automobiles

Ensuite l’impact sur l’évolution du PIB :

Tout d’abord, en ce qui concerne la contribution directe du secteur automobile (on ne prend en compte que la production finale, la voiture, et pas les productions intérmédiaires nécessaires pour produire la voiture et qui est déléguée à d’autres entreprises).

graphique 2- contribution directe négative à la croissance du PIB

On constate que le Japon est l’un des pays, avec l’allemagne, dans lequel l’industrie automobile à un fort impact négatif sur le PIB, respectivement -0.3 et -0.5. Dans les deux pays, le secteur automobile a un poids important dans l’économie, respectivement 2 et 3 pour cent du PIB.

Ensuite en ce qui concerne la contribution totale (on prend en compte les intermédiaires).

Le Japon est l’un des pays les plus touchés par l’effondrement du marché automobile avec une contribution totale à la croissance du PIB de -1.5 pour l’année 2008. Le « multipplicateur de valeur ajoutée » – qui prend en compte l’ensemble des consommations intermédiaires (boîte de vitesse, airbag, pneus etc…) pour produire une automobile – est le plus fort de tous les pays développés soit 4.1, ce qui signifie que la crise économique se répercute sur l’ensemble des fournisseurs intérmédiaires qui contrairement à d’autres pays sont pour la majorité situés sur le territoire national (et souvent intégrés dans les mêmes régions).

Trouver du travail dans la crise : compétition (très) accrue

Les entreprises qui recrutent, même dans des emplois jusqu’alors peu prisés, n’ont plus que l’embarras du choix. Ainsi, USJ (Universal Studio Japan, l’équivalent de Disney Land pour Osaka) a  été submergé par près de 1800 demandes d’emploi, soit le double de l’année dernière (mais le nombre d’embauches est-il identique, on ne sait pas). Les plus étonnés, USJ, dont un des représentants reconnait qu’ils n’avaient jamais eu autant de demandeurs  pour des boulots aussi mal payés (« According to USJ, it was having a hard time hiring part-time employees due to several conditions, including the cheap pay », Japan Times, 8 février 2009). On ne peut pas leur reprocher leur franchise.
Ainsi, la compétition pour trouver un emploi à durée déterminée – on est dans le réel, pour les emplois en CDI, ce n’est plus la peine pendant un bon moment – est de plus en plus féroce alors que d’ici la fin de l’année fiscale – mars 2009 -, le ministère vient de rendre public le fait que près de 125 000 personnes ne verront pas leur contrat renouvelé. Il faut ajouter à ce phénomène, les licenciements de salariés à temps complet, dont on ne connaît pas encore, il me semble, le chiffre officiel. En outre, il faut également prendre en compte les salariés dont les entreprises ont décidé de mettre en place la réduction du temps de travail et pour compenser les pertes de salaires acceptent que leurs employés cherchent un second emploi (Fujitsu, Toshiba voir ici pour une liste des dégâts).
Beaucoup de monde donc et avec la crise, faute de choix, les emplois délaissés semblent désormais prisés.
Dans le cas d’USJ, près d’un tiers des demandeurs devront aller chercher ailleurs.

 

Suzuki fait le malin

Pour éviter de me fâcher avec 13 millions d’amis japonais, je précise que je parle de la compagnie Suzuki : les voitures, motos et tiens, aussi des fauteuilles roulants.
Suzuki Corporation a annoncé un bénéfice de 22 millions de yens. Personne n’aurait probablement calculé l’annonce en temps normal, mais là, c’est assez rare par les temps qui courent, et ça retient quand même l’attention. Mais comme Suzuki ne voudrait pas être le « clou qui dépasse », et ne voit probablement pas d’embellie économique à court terme il envisage quand même des mesures de réduction de la force de travail au choix :
non renouvellement de près de 1000 employés en CDD
ou chômage technique
ou réduction du bonus (役員報酬  j’ai toujours un doute sur ce mot, si quelqu’un à des infos).

A mon avis tout le monde va prendre un coup.

Comment sauver le Japon de la crise ? Louer ses îles !

Un article qui fait vraiment du bien écrit par Amy Chavez dans le Japan Times :

« My plan would increase the overall island population by 400,000, build a new industry, and create up to a million jobs. This idea would make you, me and Japan very rich. »

La solution : louer les îles japonaises à des clients très intéressés, les maldiviens, habitant des Maldives, pays qui devrait devenir le prochain Atlantide d’ici peu (réchauffement de la planête oblige).
Et en plus « il sont à 70 pour cent Bouddhistes ». Donc en plus de résoudre un problème économique, en option, on peut même résoudre le problème du vieillissement de la population japonaise avec une immigration autant, sinon plus acceptable, que celle des Brésiliens descendants de Japonais.

Au regard du temps qu’il faut au le gouvernement japonais pour prendre la mesure de la considération qu’il faudrait porter à la mise en oeuvre d’un plan de relance cohérent (c’est long mais c’est le dernier mot qui est important), disons avant l’année du tigre (2010), le projet d’Amy devient beaucoup moins utopique finalement.

Le lien ici.

Inégalités en France : Rapport CERC, la France en Transition

Le rapport réalisé par le Conseil de l’Emploi, des Revenus et de la Cohésion Sociale intitulé « La France en Transition », a été remis par son président, Jacques Delors, au premier Ministre, vendredi 17 Novembre.

Ce rapport envisage différents facteurs qui influencent les inégalités de rémunérations : la démographie, la croissance, les prélèvements sociaux, et les transformations de l’Etat-social.

Le principal facteur retenu concerne les inégalités dans l’emploi. Notamment, le fait que des personnes travaillent moins (en temps partiel ou en mi-temps) que d’autres apparait comme l’une des principales causes des inégalités de revenu (plutôt que les différences de rémunération pour un même travail).

Ce rapport est à lire, pour le travail remarquable de synthèse qui est fait des différentes causes des inégalités sociales. (Je pense que je vais m’en inspirer pour arriver à donner une vue d’ensemble sur les facteurs qui influencent les écarts de richesse au Japon). Au delà des inégalités, il faut cependant essayer de comprendre qu’elles seraient les politiques qui permetteraient d’améliorer la situation actuelle, et penser au delà , ou à côté de la logique keynesienne.

Autre élément a retenir, ce rapport peut être consulté gratuitement (et même téléchargé !) :
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/064000836/index.shtml