Archives par étiquette : David Antoine Malinas

Vocabulaire de la spatialité japonaise : Prix du livre de l’académie d’architecture 2014

vocabulaire-de-la-spatialite-japonaise-sous-la-direction-de-philippe-bonnin

 

 

Le dictionnaire dirigé par Philippe Bonnin, Nishida Masatsugu,  Inaga Shimegi, « Vocabulaire de la spatialité japonaise », auquel j’avais eu le plaisir de participer va recevoir le Prix du livre de l’académie d’architecture 2014.

 

 

Characteristics of the Rebellious Youth in Japan, University of Michigan Noon Lecture (30 octobre 2014)

Je donnerai une conférence à l’université du Michigan dans le cadre des Noon Lecture du Centre d’études sur le Japon (Center for Japanese Studies).

Titre de l’intervention : Characteristics of the Rebellious Youth in Japan

Résumé :

The mobilization of Japanese youth has been a recent but decisive factor in strengthening the anti-poverty movement in Japan, which is one of the major Japanese social movements. It triggered major juridical reforms, such as the public assistance law or the temporary workers law. However, little is known about these young people.

By joining the Tokyo Youth Union, one of the major organizations that support the mobilization of young people, I gathered both qualitative and quantitative data regarding its members. I will present new findings concerning the characteristics of these young people and the process that leads to their mobilization.

 

 

Youth and Social Movements in Japan , ISA Symposium 2014 (19 juillet 2014)

Présentation au panel Youth and Social Movements, joint session of RC34 Sociology of Youth and RC48 Social Movements, Collective Action and Social Change.

 

Youth and Social Movements in Japan

Characteristics of the Rebellious Youth and its Mobilization in Japan

 

Though not as spectacular or massive as in other countries, mobilization of the youth in Japan is however a major phenomenon that triggers attention. Especially, the mobilization of young non-regular workers since 2000 had a major role in strengthening the national anti-poverty movement. It supported, for instance, the reform of the assistance income law and the reform of the temporary workers law.

However this contribution has been scarily analyzed or has been simply by-passed by researchers. As a matter of fact, we still know very little about the social mobilization of the Japanese youth.

By analyzing results of our research focusing on members of the « Union of the Youth of Tokyo », a leading organization of the anti-poverty network, I would like to present new findings concerning two dimensions of this mobilization:

1) What are the characteristics of the young people who mobilize (in terms of age, gender, income and socioprofessional class)

2) What are the characteristics of their mobilization (primo-mobilization or not; short term or long term mobilization).

Our findings are based on quantitative and qualitative data: the archive of the SU (630 entries) and in-death, longitudinal interviews of 50 members that started in 2008, during and after their mobilization in the « Union of the Youth ».

Inquiry into the Growth and Decline of the Very Poor in Japan, Conference, Berkeley (23 avril 2014)

Berkeley-cjs

 

 

 

 

 

 

 

 

23 avril 2014, conférence au centre d’études japonaises de Berkeley

Conférence :  Inquiry into the Growth and Decline of the Very Poor in Japan

Abstract :

Japan is still often described as a relatively egalitarian society with a strong and well-developed middle-class. However, in recent decades, poverty and inequality have become major issues. From a comparative perspective, Japan is far from the only country concerned with a rise in the number of poor and very poor, as many other countries have witnessed a worsening of their social situation especially since the great recession started at the end of 2008.

 

However, the situation in Japan stands out for one major reason. Though the number of poor people is on the rise (for instance, the unemployed or social welfare receivers), there has actually been a decrease in the number of homeless people. Looking back to the beginning of the Japanese phenomenon of homelessness in the early 90s, this is not the first time that these two figures are not moving simultaneously.

 

As this paradox contradicts well-established knowledge of social stratification and structure, this presentation will inquire why these two figures have such a distinct relationship. I will examine the origin, evolution and methodology used to count the homeless population in Japan in order to explain this apparent contradiction : more poor, fewer homeless people.

 

 

David-Antoine Malinas

PhD in Social Sciences (2005, Hitotsubashi University) and in Political Sciences (2007, Panthéon-Sorbonne University) ; Postdoctoral researcher at the French Japanese Houses Research Center from 2007 to 2009 ; Research fellow at the Center of Excellence “Social Stratification and Inequality” of Tohoku University from 2009 to 2011 ; Associate professor at Paris Diderot – Paris 7 at the Faculty of Languages and Civilizations of East Asia since 2011.

His main themes of research are poverty and civil society in Japan, studying the mobilization process of the very poor, its socio-political roots, meaning and consequences. He is the author of Homeless Struggle in Japan – the rebirth of civil society, L’Harmattan, 2011 (in French)” and several other articles related to this theme.

Colloque action collective et militantisme, Maison franco-japonaise (31 juin – 1er juillet 2008)

ACTION COLLECTIVE ET ENGAGEMENT MILITANT
PERSPECTIVE CROISÉE FRANCE-JAPON

samedi 31 mai et dimanche 1er juin 2008
Maison franco-japonaise (Tokyo, Ebisu)
Organisation : Bureau français de la MFJ
Collaboration : IEPI-CRAPUL (Univ. de Lausanne), CRPS (Univ. Paris 1), IRISES-Univ. Paris 9,
Université d’Ibaraki, Université Hitotsubashi, Université de Tokushima, Université Kanagawa

Programme
SAMEDI 31 MAI – Auditorium de la Maison franco-japonaise
Entrée libre avec traduction simultanée français-japonais

9h30-9h45 Ouverture par Françoise SABBAN (MFJ)

10h-11h10 Session 1 AUX FRONTIÈRES DU MILITANTISME : DÉSENGAGEMENT, NON-ENGAGEMENT
Modérateur : GOTÔ Hitoshi (Univ. Kanagawa)
Olivier FILLIEULE (Univ. de Lausanne) Pour une sociologie du désengagement
HIGUCHI Naoto (Univ. de Tokushima) Le militantisme au Japon : un héritage sans descendants ?
Le cas des leaders de mouvements sociaux

11h10-12h30 Session 2 VIES MILITANTES
Modératrice : Isabelle SOMMIER (Univ. Paris 1)
AIKAWA Yôichi (Univ. Hitotsubashi) Du désengagement au réengagement : comprendre la dissémination de
l’action collective au Japon
Frédéric ROUSTAN (EHESS) Les études vietnamiennes au Japon et la génération de la Guerre du Vietnam :
entre révolte urbaine et révolution épistémologique

13h30-14h40 Session 3 MOBILISATION ÉTUDIANTE ET POSTERITÉ
Modérateur : Olivier FILLIEULE (Univ. de Lausanne)
Isabelle SOMMIER (Univ. Paris 1) 1968 : événement politique et héritage
GOTÔ Hitoshi (Univ. Kanagawa) Le mouvement des étudiants dans les années 1960 et son influence sur
la société japonaise

14h40-15h50 Session 4 LE STATUT DES IMMIGRÉS
Modératrice : INABA Nanako (Univ. d’Ibaraki)
Choukri HMED (IRISES-Univ. Paris 9) L’Etat et les mouvements d’immigrés en France depuis les années 1970
Hélène LEBAIL (IFRI) Les sans-papiers au Japon à l’heure de la politique d’immigration choisie : émergence
d’une mobilisation en faveur de la régularisation

16h20-17h30 Session 5 AUJOURD’HUI, LE MOUVEMENT DES SANS-ABRI
Modérateur : Choukri HMED (IRISES-Univ. Paris 9)
INABA Nanako (Univ. d’Ibaraki) L’art de l’occupation : le mouvement des «sans» en France
David-Antoine MALINAS (MFJ) La cause des sans-abri au Japon : stratégie de lutte et survie organisationelle
17h30 Clôture

DIMANCHE 1er JUIN – salle 601 de la Maison franco-japonaise

places limitées, réservation obligatoire à l’avance auprès de davidmalinas@gmail.com
langue de travail : anglais
Atelier
Études bilatérales de l’action collective : moyens et perspectives
Présentation des participants
13h–15h30 : Présentation des participants français et japonais
Favoriser les études bilatérales sur l’action collective
16h-16h30 : Présentation du programme CHORUS (ANR-JSPS)
16h30-17h : Projet de publication des actes du colloque en France et au Japon
Contact : Bureau français de la Maison franco-japonaise
3-9-25 Ebisu Shibuya-ku Tokyo 150-0013 TOKYO JAPON
tel : 03-5421-7641 fax : 03-5421-7651
http://www.mfj.gr.jp/
* pour participer à l’atelier du 1er juin, prière de contacter davidmalinas@gmail.com
———

シンポジウム
集合行為と闘争への関与:日仏比較

2008 年5 月31 日(土)シンポジウム 6 月1 日(日)アトリエ
於 日仏会館 (恵比寿)
主催:日仏会館フランス事務所
協力:IEPI-CRAPUL (ローザンヌ大学)、CRPS (パリ第1 大学)、IRISES‒パリ第9 大学、
茨城大学、一橋大学、徳島大学、神奈川大学

プログラム
5 月31 日(土) 日仏会館ホール
入場自由・無料 日仏同時通訳つき

9 時30 分~9 時45 分 開会挨拶:フランソワーズ・サバン(日仏会館)

10 時~11 時10 分 第1 セッション ミリタンティスムの境界:脱参加と非参加
司会:後藤仁(神奈川大学)
オリヴィエ・フィリウル(ローザンヌ大学)「脱参加の社会学のために」
樋口直人 (徳島大学)「アクティビズムの遺産はなぜ相続されないのか:日本における社会運動の担い手を
めぐって」

11 時10 分~12 時30 分 第2 セッション 社会活動家としての生
司会:イザベル・ソミエ(パリ第1 大学)
相川陽一(一橋大学)「運動経験の散種:三里塚闘争の支援経験者における“参加の持続”をめぐって」
フレデリック・ルスタン(フランス国立社会科学高等研究院)「日本におけるベトナム研究とベトナム戦争
世代:都市の反乱と認識論的革命のあいだで」

13 時30 分~14 時40 分 第3 セッション 学生運動と後継者
司会:オリヴィエ・フィリウル(ローザンヌ大学)
イザベル・ソミエ(パリ第1 大学)「1968 年:政治的事件と遺産」
後藤仁(神奈川大学)「60 年安保学生運動とその社会的背景」

14 時40 分~15 時50 分 第4 セッション 移民の位置
司会:稲葉奈々子(茨城大学)
シュクリ・メド(パリ第9 大学)「1970 年代以降のフランスにおける移民による運動と国家」
エレーヌ・ルバイユ(フランス国際関係研究所)「選択的移民政策の時代を迎えた日本における不法滞在者:
合法化を求める運動の出現」

16 時20 分~17 時30 分 第5 セッション 現代におけるホームレスの運動
司会:シュクリ・メド(パリ第9 大学)
稲葉奈々子(茨城大学)「 “占拠” という技法:フランスにおける“持たざる者”の運動」
ダヴィド=アントワーヌ・マリナス(日仏会館)「日本におけるホームレスの大義:闘争の戦略と組織の存続」

17 時30 分 閉会

6 月1 日(日) 日仏会館601 会議室
参加ご希望の方はdavidmalinas@gmail.com までE メールで事前にお申し込みください
使用言語:英語
アトリエ

集合行為に関する日仏共同研究:手法と展望
討論者の紹介

13 時~15 時30 分:フランス側および日本側討論者の紹介
集合行為に関する相互的研究の促進

16 時~16 時30 分:日仏共同研究プログラムCHORUS(フランス研究庁‒日本学術振興会)の紹介

16 時30 分~17 時:日仏両国におけるシンポジウム論考集の出版計画について

問い合わせ:日仏会館フランス事務所
〒150-0013 東京都渋谷区恵比寿3-9-25
tel : 03-5421-7641 fax : 03-5421-7651
http://www.mfj.gr.jp/
*6 月1 日(日)に参加ご希望の方はdavidmalinas@gmail.com までE メールでお問い合わせ・お申し込み
ください

La conspiration des « Nabakari tencho » : précarité étendue et nouveau militantisme au Japon

En Janvier 2008, la condamnation de McDonald Japon à verser 75 000 000 yens (plus de 45 000 euros) d’heures supplémentaires non payées à un de ses employés promu « manager » a porté durablement à la lumière des médias la question des « nabakari tencho », tencho signifiant « directeur de magasin » et Nabakari signifiant « seulement de nom ». Sous ce terme sont désignés ces nombreux employés, promus au rang de manager de magasin ou de restaurant, qui travaillent alors beaucoup plus en gagnant beaucoup moins. Ce tour de passe passe, loin d’être le fait de petites et moyennes entreprises, est utilisé par de grands groupes qui couvrent l’ensemble de l’archipel – Shop 99, Conan, Aoyama, Sukiya –  certains ayant une dimension internationale, soit dans la composition de leur capital – Seven Eleven, McDo – soit par leur présence à l’étranger – Uniqlo -.Il faut en effet avoir une connaissance du droit du travail assez fine, alliée souvent à des techniques de management des ressources humaines particulièrement agressives, pour réaliser une telle réduction du coût du travail. Les employés sont généreusement promus au rang de « kanri kantoku sha (manager-superviseur) », un terme juridique officiel et statut abusivement utilisé car il permet de ne plus payer les heures supplémentaires. On peut se faire une idée des économies réalisées aux concessions faites par certaines de ces entreprises pour éviter la mauvaise publicité d’un procès. Ainsi, Aoyama shô ji, une entreprise de vêtements, a reversé à près de 1000 employés plus de 1,2 milliard de yens (soit 7,4 millions d’euros). De même midori denki, une entreprise de production de distribution d’électricité a reversé à plus de  800 employés 3,7 milliards de yens (22 millions d’euros), soit deux années d’heures supplémentaires non payées.

Le problème des nabakari tencho révèle l’extension et la diversité des formes que prend la précarité au Japon. Elle ne se limite plus aux seuls travailleurs précaires qui représentent désormais plus de 30 pour cent de la masse salariale mais s’étend au-delà, vers les employés à contrat à durée indéterminés dont plus de 10 pourcent déjà gagnent moins de 2 000 000 yens (12 000 euros ) par an ; elle s’étend aux zones rurales car le système de rémunération au résultat, exacerbé dans le cas des nabakari tencho, n’est pas géographiquement neutre : faible densité de population, faible clients potentiels, faibles revenus ; elle est aussi générationnelle. Ces jeunes managers ont souvent entre 25 et 35 ans et sont issus de la « génération perdue » (lost generation), celle qui, majeure au moment de la crise des années 90, a longtemps naviguée entre des emplois précaires. Ils avaient cru trouver un emploi stable et une certaine reconnaissance sociale dans leur engagement corps et âme pour leur entreprise et, en ce sens, diffèrent  finalement peu de leurs aînés qui mourraient déjà de karôshi (mort par excès de travail).

Cependant autrefois – mais c’était il n’y a pas encore 20 ans -, les grandes entreprises savaient encore remercier cet engagement : dortoirs pour employés, vacances offertes, aides financières lors du mariage ou de la naissance des enfants. Aujourd’hui, c’est l’ère de l’employé kleenex et du manager MP3, nouveaux standarts qui ont certes favorisé le rebond récent de l’économie japonaise mais induisent également de profondes modifications de la structure et des comportements sociaux. Ainsi, ces jeunes managers souvent désabusés, atteint physiquement et psychologiquement (utsubyô), demandent désormais réparation, soutenus dans leur démarche par de nouveaux syndicats et des avocats bénévoles. Alors qu’au Japon le taux de présence syndicale a glissé de plus de 35 pour cent en 1980 à moins de 20 pour cent en 2007, la formation médiatisée d’une union des « nabakari tencho« , cette élite d’un nouveau sous-prolétariat, ainsi qu’une forte augmentation des demandes de soutien syndical formulées par de jeunes précaires sont autant de signes de la montée en puissance d’une toute nouvelle génération militante.

Proposition de revalorisation des salaires au Japon ?

Un article très intéressant de Philippe Mesmer dans le Monde concernant les mouvements des salaires au Japon (le lien sera probablement invalidé d’ici peu).

Il me semble que la revalorisation des salaires des 25-45 ans qui voudrait être « imposée » par le gouvernement s’inscrit dans le récent courant actuel de revalorisation des salaires amorcé par les grandes entreprises japonaises. En ce sens, c’est, à l’approche des sénatoriales, une promesse électorale parfaitement tenable et réaliste, même si le gouvernement central n’a que peu de moyens d’en être le garant, étant donné l’autonomie de la société civile et des autorités locales au Japon.

Ce mouvement à la hausse de certains salaires notamment dans les grandes entreprises me semble être un mouvement durable qui n’est pas seulement indexé sur la meilleure santé économique du Japon (bien que les syndicats vont ferrailler dure cette année aussi). Il me semble aussi qu’elle est la conséquence d’une anticipation de la pénurie qui commence à se faire sentir sur le marché du travail alors que les baby-boomer ont commencé à partir à la retraite et que les bras de la nouvelle génération ne sont pas suffisants. La conséquence, c’est que ce sont surtout les salaires des nouvelles recrues qui sont touchés par une hausse significative, avec toujours la possibilité de moduler au plus juste les hausses annuelles suivantes en fonction des résultats individuels.

Il faudrait donc des statistiques plus précises sur les catégories de salaire pour comprendre exactement ce qu’il se passe. Il ne s’agit d’ailleurs pas seulement de séries statistiques. Par exemple pour les employés précaires, il est exact que le salaire minimum est particulièrement bas. Il est aux environs de 700 yens par mois à Tokyo, ce qui fait un revenu mensuel inférieur au revenu minimum d’insertion japonais, le seikatsuhogo (comme le note TACHIBANAKI Toshiaki).  Mais, et c’est complêtement subjectif, il me semble que récemment, les demandes pour les emplois à temps partiels sont plus  nombreuses et semblent beaucoup mieux rémunérées. Il y a quelques années encore, on s’abaissait doucement vers la barre de 800 yens de l’heure, et aujourd’hui on se rapproche plutôt des 1 000 yens. Le fossé entre les salariés précaires de plus en plus nombreux et les salariés à durée indéterminée est toujours là, mais il y a des frémissements dans l’air… le printemps sans aucun doute.