Archives par étiquette : Emploi atypique

Les effets de la législature Abe sur le marché du travail

          L’entrée en récession du Japon a été amplement commentée, en France avec insistance, et au Japon, avec cette difficulté particulière : le mot ne doit pas être prononcé. J’apporte ici un complément d’information en me focalisant sur la situation du marché du travail et son évolution depuis le début de la législature Abe et en prenant comme référence les chiffres du troisième trimestre (septembre – novembre 2014) concernant la force de travail publiés par le Ministère de la santé, du travail et des affaires sociales japonais.

Un chômage en baisse

Depuis l’arrivée au pouvoir de Abe, il est exact que le chômage est en baisse avec un taux qui s’établit désormais à 3,5%.

C’est particulièrement le chômage de longue durée qui est affecté par cette baisse :

  • Le nombre de chômeurs de moins de 3 mois est en légère hausse (+ 40 000) à 750 000.
  • Le nombre de chômeurs de plus de 3 mois est en baisse de 250 000 à 1 530 000.
  • Le nombre de chômeurs de plus d’un an (longue durée) est en baisse de 160 000 à 850 000.

Certains commentateurs sont étonnés par cette baisse, mais on pourrait rappeler que le principal problème auquel l’économie japonaise a dû faire face après la seconde guerre mondiale et le manque de main d’œuvre, une situation qui a longtemps était chronique dans ce pays.

Deux raisons qui peuvent expliquer aujourd’hui ce regain de tension sur le marché du travail :

1 – Une raison conjoncturelle : le chantier de reconstruction de la région du Tohoku. Ce qui implique à la fois le travail de décontamination et les efforts de reconstruction des infrastructures collectives et du BTP privé. L’Etat soutient cet effort de reconstruction avec un plan de relance adopté en février 2013. Il a affecté environ 33 milliards d’euros à la reconstruction/décontamination de la zone du Nord-Est.

2 – Plusieurs raisons structurelles : le vieillissement de la population et l’absence de compensation des départs définitifs (retraite) du marché du travail par l’ouverture à une main d’œuvre étrangère ou bien la difficile compensation dans l’état actuel des infrastructures (crèches) et des mentalités par une plus grande intégration de la main d’œuvre féminine.

La hausse de l’emploi atypique

Cette embellie se fait essentiellement au profit de l’emploi atypique qui représente désormais 37% de la force de travail.

Pour le septième trimestre consécutif, donc depuis le début de la législature Abe, l’emploi atypique est en hausse par rapport à l’année précédente. La dernière n’est pas la plus importante, + 440 000 personnes, mais elle marque cette prévalence durable de l’emploi atypique.

Certes, pour la première fois depuis 7 trimestres, l’emploi régulier est en augmentation par rapport à l’année dernière : + 100 000. C’est un bon signe et étonnant : la période août – septembre n’est pas une période de recrutement des jeunes diplômés. Est-ce que sont des évolutions de carrières ? La question reste ouverte. Quoi qu’il en soit le rythme de progression de l’emploi régulier demeure inférieur à celui de l’emploi irrégulier.

Il est intéressant de comparer cette hausse de l’emploi atypique avec celle d’une autre législature marquée par ce même phénomène : la législature Koizumi de 2001 – 2006. Pendant les années Koizumi, la hausse de l’emploi atypique était liée à des réformes introduites dans le droit du travail et le droit social. Tout d’abord, la libéralisation du marché du travail intérimaire. Une hausse significative (+ 1 000 000) de ces travailleurs avait été constatée. Ensuite, l’autre hausse significative était directement liée à la réforme des retraites. Les employés ayant fini leur carrière dans l’entreprise, mais devant attendre quelques années avant de pouvoir recevoir leur retraite, revenaient, souvent dans la même entreprise, sur un nouveau support d’emploi atypique (les keiyaku shain) .

Par rapport à ces années, la législature Abe est marquée par une hausse de l’emploi atypique traditionnel. Il s’agit de la hausse des temps partiels et des petits boulots (arubaito). Ces travailleurs atypiques sont ainsi passés de 12,8 millions au premier semestre 2013 à 13,3 millions au troisième semestre 2014. Les nouvelles catégories, en particulier l’emploi intérimaire sont en légère baisse. Sur la même période, le chiffre passe de 1,2 à 1,1 million.

Source :
http://www.stat.go.jp/data/roudou/sokuhou/4hanki/dt/pdf/2014_3.pdf

Emploi atypique au Japon – Enquête 2003 (1)

L’enquête 2003 du ministère du travail et de la santé sur la diversification des formes de l’emploi au Japon a été rendue public en juillet 2004*. Il s’agit d’une enquête de grande ampleur qui concerne l’emploi atypique (hiseisyain).

Elle a été réalisée sur l’ensemble du territoire japonais, dans 14 industries, à l’exception des services à la personne, et des japonais à l’étranger. Deux questionnaires ont été envoyés, l’un aux employeurs et l’autre aux employés dans 16 232 entreprises de plus de 5 employés. 11624 employeurs ont répondu au premier questionnaire et 24 930 employés ont répondu au second questionnaire. Le retour sur questionnaire a été de plus de 70 pourcent dans les deux cas.

 

Les enquêteurs ont procédé au préalable a un travail de définition minutieux sur lequel il est important de s’attarder.

Les employés en CDD (seishain) sont, parmi des travailleurs dont la période d’emploi n’est pas définie, les personnes qui ne travaillent pas en temps partiel et qui ne sont pas des personnes en mission (shukkosha). Il me semble qu’en ce qui concerne ce dernier point, il s’agit de ne pas intégrer dans la catégorie des employés en CDD les personnes qui travaillent dans des agences de placement.

Ensuite, 7 catégories d’emploi atypique sont distinguées (hiseishain)

Les employés contractuels (keiyakushain) Ce sont les travailleurs qui sont employés pour une période déterminée pour un travail particulier nécessitant un fort savoir technique ou spécialisé.

Les employés rattachés (shokutakushain) Ce sont les personnes qui, après leur retraite, sont ré-employés dans leur entreprise pour une période déterminée. L’existence de cette catégorie  est liée à l’élevation de l’âge de la retraite (62 ans en 2006).

Les employés missionés (shukkosha) Ce sont les personnes qui sont missionnés par une entreprise pour travailler dans une autre entreprise. N’est pas pris en compte le fait de savoir si cette personne travaille ou non en CDI dans l’entreprise d’origine.

Les employés intérimaires (hakenrôdôsha). Ce sont les personnes qui sont envoyés en mission par des entreprises d’interimaires, officiellement certifiées (loi sur les travailleurs intérimaires). Sont distingués les employés intérimaires « enregistrés (tôrokukei)», qui sont enregistrés comme employés intérimaires dans la base de donnée de l’entreprise mais ne sont pas employés directement par cette dernière, et les employés intérimaires « employés (jyôyôkoyôkei) », qui sont employés directement par l’entreprise d’intérim.

Les employés temporaires (rinjitekikoyôsha) qui sont les personnes dont la période d’emploi est comprise entre un jour et un mois.

Les employés à mi-temps (pâtotaimurôdôsha) qui sont les personnes dont la période de travaille dépasse un mois ou n’est pas définie explicitement, et qui, soit pour une journée de travail soit pour une semaine de travail donnée travaillent moins d’heures ou de jours qu’un employé en CDI.

Autres (sonohoka) concerne les employés qui ne rentrent pas dans les catégories précédentes (par exemple les travailleurs journaliers (hiyatoirôdôsha).


L’ampleur et la minutie de cette enquête permettent de considérer les résultats de cette enquête comme particulièrement fiables pour comprendre la situation de l’emploi atypique au Japon.

 

* Kôseirôdôshô, Heisei 15 nen shûgyû keitai no tayôka ni kansuru sôgôjittai chôsakekkanogaikyô (Diversification des formes del’emploi – situation générale, résultat de l’enquête 2003), Juillet 2004. http://www.mhlw.go.jp/toukei/itiran/roudou/koyou/keitai/03/index.htm (30 octobre 2006).

Emploi atypique au Japon – enquête 2003 (2)

Les statistiques de l’enquête employeur
Les premières statistiques concernent la réparition de l’emploi atypique par secteurs.
Parmi les 14 secteurs, les cinq plus gros demandeurs de main d’oeuvre atypiques sont dans un ordre décroissant
1 Restauration et l’hôtellerie (71%)
2 Vente en gros et au détail (45%)
3 Une catégorie « des services » (42%), qui regroupe des entreprises qui n’ont pas pu être placées dans d’autres catégories
4 Education et du soutien scolaire (39%),
5 Vente immobilière (36%).Ces cinq industries emploient donc au minimum un tiers de leur main d’oeuvre en emploi atypique.Les cinq plus faibles demandeurs de main d’oeuvre atypique sont dans l’ordre décroissant :
1 Fournisseurs -eau, gaz, électricité- (9%)
2 Mines (11%)
3 Construction (15%)
4 Information et communications ; banques (22%)
5 Industrie (23%)

La caractéristique commune des cinq catégories qui emploient le plus de travailleurs « atypiques » est de faire partie du secteur tertiaire, nouveau moteur de l’emploi au Japon. En revanche, les catégories qui emploient le moins de salariés atypiques sont pour la plupart situés dans le secteur secondaire (industrie, mine, construction, fournisseurs), en declin depuis une dizaine d’années. A elles seules les cinq catégories les plus « atypiques »  représentent ainsi 50% de la masse salariale totale (emploi atypique et CDD), les cinq catégories les moins « atypiques » n’en représentent plus qu’ un tiers.

 

Il faut cependant prendre en compte un biais. Les secteurs en declin ont tendance à se concentrer sur la main d’oeuvre stable, car se sont les emplois atypiques, plus flexible, qui sont les premiers à disparaitre en cas de ralentissement économique. C’est le cas par exemple dans la construction ou les emplois journaliers ont été les premiers à décroitre après l’entrée dans la crise de ce secteur au début des années 90.

 

Ceci étant dit, il peut néanmoins être souligné que lorsque le secteur secondaire était au coeur de la croissance de l’économie japonaise, se sont avant tout des emplois stables qui se sont développés. Maintenant que le secteur tertiaire est au coeur de la croissance, il appparait que le recours à l’emploi atypique ne fonctionne plus seulement comme une variable d’ajustement. Il s’agit plus vraisemblablement d’un mode régulier de gestion qui concerne la majorité de la main d’oeuvre.
Il est d’ailleurs très probable que la queue du peloton dans les cinq catégories les plus « atypiques » refassent leur retard. Il faut prendre en considération notamment la récente loi de privatisation des universités (dai gaku min ei ka) et la fin de la longue crise du secteur immobilier (l’intérêt croissant des courtiers pour ces établissements est également le signe d’un renouveau).