Archives par étiquette : Japon

Les effets de la législature Abe sur le marché du travail

          L’entrée en récession du Japon a été amplement commentée, en France avec insistance, et au Japon, avec cette difficulté particulière : le mot ne doit pas être prononcé. J’apporte ici un complément d’information en me focalisant sur la situation du marché du travail et son évolution depuis le début de la législature Abe et en prenant comme référence les chiffres du troisième trimestre (septembre – novembre 2014) concernant la force de travail publiés par le Ministère de la santé, du travail et des affaires sociales japonais.

Un chômage en baisse

Depuis l’arrivée au pouvoir de Abe, il est exact que le chômage est en baisse avec un taux qui s’établit désormais à 3,5%.

C’est particulièrement le chômage de longue durée qui est affecté par cette baisse :

  • Le nombre de chômeurs de moins de 3 mois est en légère hausse (+ 40 000) à 750 000.
  • Le nombre de chômeurs de plus de 3 mois est en baisse de 250 000 à 1 530 000.
  • Le nombre de chômeurs de plus d’un an (longue durée) est en baisse de 160 000 à 850 000.

Certains commentateurs sont étonnés par cette baisse, mais on pourrait rappeler que le principal problème auquel l’économie japonaise a dû faire face après la seconde guerre mondiale et le manque de main d’œuvre, une situation qui a longtemps était chronique dans ce pays.

Deux raisons qui peuvent expliquer aujourd’hui ce regain de tension sur le marché du travail :

1 – Une raison conjoncturelle : le chantier de reconstruction de la région du Tohoku. Ce qui implique à la fois le travail de décontamination et les efforts de reconstruction des infrastructures collectives et du BTP privé. L’Etat soutient cet effort de reconstruction avec un plan de relance adopté en février 2013. Il a affecté environ 33 milliards d’euros à la reconstruction/décontamination de la zone du Nord-Est.

2 – Plusieurs raisons structurelles : le vieillissement de la population et l’absence de compensation des départs définitifs (retraite) du marché du travail par l’ouverture à une main d’œuvre étrangère ou bien la difficile compensation dans l’état actuel des infrastructures (crèches) et des mentalités par une plus grande intégration de la main d’œuvre féminine.

La hausse de l’emploi atypique

Cette embellie se fait essentiellement au profit de l’emploi atypique qui représente désormais 37% de la force de travail.

Pour le septième trimestre consécutif, donc depuis le début de la législature Abe, l’emploi atypique est en hausse par rapport à l’année précédente. La dernière n’est pas la plus importante, + 440 000 personnes, mais elle marque cette prévalence durable de l’emploi atypique.

Certes, pour la première fois depuis 7 trimestres, l’emploi régulier est en augmentation par rapport à l’année dernière : + 100 000. C’est un bon signe et étonnant : la période août – septembre n’est pas une période de recrutement des jeunes diplômés. Est-ce que sont des évolutions de carrières ? La question reste ouverte. Quoi qu’il en soit le rythme de progression de l’emploi régulier demeure inférieur à celui de l’emploi irrégulier.

Il est intéressant de comparer cette hausse de l’emploi atypique avec celle d’une autre législature marquée par ce même phénomène : la législature Koizumi de 2001 – 2006. Pendant les années Koizumi, la hausse de l’emploi atypique était liée à des réformes introduites dans le droit du travail et le droit social. Tout d’abord, la libéralisation du marché du travail intérimaire. Une hausse significative (+ 1 000 000) de ces travailleurs avait été constatée. Ensuite, l’autre hausse significative était directement liée à la réforme des retraites. Les employés ayant fini leur carrière dans l’entreprise, mais devant attendre quelques années avant de pouvoir recevoir leur retraite, revenaient, souvent dans la même entreprise, sur un nouveau support d’emploi atypique (les keiyaku shain) .

Par rapport à ces années, la législature Abe est marquée par une hausse de l’emploi atypique traditionnel. Il s’agit de la hausse des temps partiels et des petits boulots (arubaito). Ces travailleurs atypiques sont ainsi passés de 12,8 millions au premier semestre 2013 à 13,3 millions au troisième semestre 2014. Les nouvelles catégories, en particulier l’emploi intérimaire sont en légère baisse. Sur la même période, le chiffre passe de 1,2 à 1,1 million.

Source :
http://www.stat.go.jp/data/roudou/sokuhou/4hanki/dt/pdf/2014_3.pdf

Characteristics of the Rebellious Youth in Japan, University of Michigan Noon Lecture (30 octobre 2014)

Je donnerai une conférence à l’université du Michigan dans le cadre des Noon Lecture du Centre d’études sur le Japon (Center for Japanese Studies).

Titre de l’intervention : Characteristics of the Rebellious Youth in Japan

Résumé :

The mobilization of Japanese youth has been a recent but decisive factor in strengthening the anti-poverty movement in Japan, which is one of the major Japanese social movements. It triggered major juridical reforms, such as the public assistance law or the temporary workers law. However, little is known about these young people.

By joining the Tokyo Youth Union, one of the major organizations that support the mobilization of young people, I gathered both qualitative and quantitative data regarding its members. I will present new findings concerning the characteristics of these young people and the process that leads to their mobilization.

 

 

Abrogation de la retraite à 60 ans


La modification de la loi concernant la stabilisation de l’emploi pour les personnes âgées (kôreisha koyô anteihô) adoptée en juin 2004 rend obligatoire l’élévation de l’âge légal de la retraite (teinen) de 60 à 65 ans.Les modificationsUne modification de la même loi en 1998 avait déjà décidé de repousser l’âge de la retraite. Sa mise en oeuvre n’était cependant pas obligatoire et reposait sur la coopération des entreprises. Une étude du Ministère du Travail et de la Santé (kôseiroudoushô) a permis de mettre en évidence qu’en 2003, près des trois-quart des entreprises avaient pris les dispositions nécessaires ce qui rend le nouveau caratère obligatoire moins contraignant.
La nouvelle loi abroge donc le système de retraite à 60 ans. Elle pose des paliers de report de l’âge de la retraite. Depuis avril 2006, l’âge légal de la retraite est porté à 62 ans. Entre 2007 et 2009, il sera porté à 63 ans, puis, entre 2010 et 2012 à 64 ans. A partir de 2013, l’âge de la retraite sera donc de 65 ans.
Enfin, un système pour assurer la continuité de l’emploi des personnes de plus de 60 ans (keizoku koyô seido )est mis en oeuvre, notamment avec une prime versée par l’Etat. Des accords doivent être trouvés, dans les trois ans pour les entreprises de plus de 300 personnes et dans les cinq ans pour les petites et moyennes entreprises.Les causesIl existe deux raisons qui président au relèvement de l’âge de la retraite.
D’une part, il faut répondre à un problème de pénurie de main d’oeuvre, conséquence du vieillissement accéléré de la population japonaise. Dans les conditions actuelles, il apparait que la population active du Japon, aura baissé de près de 8 million et demi en 2015 (base 2002).
Il existe cependant d’autres moyens de répondre à une pénurie de main-d’oeuvre notamment par une modification de la politique d’immigration. De plus, la pénurie de main d’oeuvre s’exprime par secteur et l’employabilité des personnes âgées dans certains d’entre eux est faible (les services notamment ou le bâtiment). Enfin, le coût de la main d’oeuvre des plus de 60 ans est relativement faible, ce qui les met en concurrence directe avec les populations qui entrent sur le marché du travail.

D’autre part, et surtout, la loi de 2004 concernant la réforme des retraites (nen kin kai kaku hô) repousse l’âge d’ouverture des droits de 60 à 65 ans, notamment pour répondre au déficit prévu de la caisse des retraites. Le relèvement de l’âge de la retraite dans les entreprises apparait comme un moyen de substituer pendant cette période des revenus du travail à la baisse des revenus sociaux.

Emploi atypique au Japon – Enquête 2003 (1)

L’enquête 2003 du ministère du travail et de la santé sur la diversification des formes de l’emploi au Japon a été rendue public en juillet 2004*. Il s’agit d’une enquête de grande ampleur qui concerne l’emploi atypique (hiseisyain).

Elle a été réalisée sur l’ensemble du territoire japonais, dans 14 industries, à l’exception des services à la personne, et des japonais à l’étranger. Deux questionnaires ont été envoyés, l’un aux employeurs et l’autre aux employés dans 16 232 entreprises de plus de 5 employés. 11624 employeurs ont répondu au premier questionnaire et 24 930 employés ont répondu au second questionnaire. Le retour sur questionnaire a été de plus de 70 pourcent dans les deux cas.

 

Les enquêteurs ont procédé au préalable a un travail de définition minutieux sur lequel il est important de s’attarder.

Les employés en CDD (seishain) sont, parmi des travailleurs dont la période d’emploi n’est pas définie, les personnes qui ne travaillent pas en temps partiel et qui ne sont pas des personnes en mission (shukkosha). Il me semble qu’en ce qui concerne ce dernier point, il s’agit de ne pas intégrer dans la catégorie des employés en CDD les personnes qui travaillent dans des agences de placement.

Ensuite, 7 catégories d’emploi atypique sont distinguées (hiseishain)

Les employés contractuels (keiyakushain) Ce sont les travailleurs qui sont employés pour une période déterminée pour un travail particulier nécessitant un fort savoir technique ou spécialisé.

Les employés rattachés (shokutakushain) Ce sont les personnes qui, après leur retraite, sont ré-employés dans leur entreprise pour une période déterminée. L’existence de cette catégorie  est liée à l’élevation de l’âge de la retraite (62 ans en 2006).

Les employés missionés (shukkosha) Ce sont les personnes qui sont missionnés par une entreprise pour travailler dans une autre entreprise. N’est pas pris en compte le fait de savoir si cette personne travaille ou non en CDI dans l’entreprise d’origine.

Les employés intérimaires (hakenrôdôsha). Ce sont les personnes qui sont envoyés en mission par des entreprises d’interimaires, officiellement certifiées (loi sur les travailleurs intérimaires). Sont distingués les employés intérimaires « enregistrés (tôrokukei)», qui sont enregistrés comme employés intérimaires dans la base de donnée de l’entreprise mais ne sont pas employés directement par cette dernière, et les employés intérimaires « employés (jyôyôkoyôkei) », qui sont employés directement par l’entreprise d’intérim.

Les employés temporaires (rinjitekikoyôsha) qui sont les personnes dont la période d’emploi est comprise entre un jour et un mois.

Les employés à mi-temps (pâtotaimurôdôsha) qui sont les personnes dont la période de travaille dépasse un mois ou n’est pas définie explicitement, et qui, soit pour une journée de travail soit pour une semaine de travail donnée travaillent moins d’heures ou de jours qu’un employé en CDI.

Autres (sonohoka) concerne les employés qui ne rentrent pas dans les catégories précédentes (par exemple les travailleurs journaliers (hiyatoirôdôsha).


L’ampleur et la minutie de cette enquête permettent de considérer les résultats de cette enquête comme particulièrement fiables pour comprendre la situation de l’emploi atypique au Japon.

 

* Kôseirôdôshô, Heisei 15 nen shûgyû keitai no tayôka ni kansuru sôgôjittai chôsakekkanogaikyô (Diversification des formes del’emploi – situation générale, résultat de l’enquête 2003), Juillet 2004. http://www.mhlw.go.jp/toukei/itiran/roudou/koyou/keitai/03/index.htm (30 octobre 2006).

Emploi atypique au Japon – enquête 2003 (2)

Les statistiques de l’enquête employeur
Les premières statistiques concernent la réparition de l’emploi atypique par secteurs.
Parmi les 14 secteurs, les cinq plus gros demandeurs de main d’oeuvre atypiques sont dans un ordre décroissant
1 Restauration et l’hôtellerie (71%)
2 Vente en gros et au détail (45%)
3 Une catégorie « des services » (42%), qui regroupe des entreprises qui n’ont pas pu être placées dans d’autres catégories
4 Education et du soutien scolaire (39%),
5 Vente immobilière (36%).Ces cinq industries emploient donc au minimum un tiers de leur main d’oeuvre en emploi atypique.Les cinq plus faibles demandeurs de main d’oeuvre atypique sont dans l’ordre décroissant :
1 Fournisseurs -eau, gaz, électricité- (9%)
2 Mines (11%)
3 Construction (15%)
4 Information et communications ; banques (22%)
5 Industrie (23%)

La caractéristique commune des cinq catégories qui emploient le plus de travailleurs « atypiques » est de faire partie du secteur tertiaire, nouveau moteur de l’emploi au Japon. En revanche, les catégories qui emploient le moins de salariés atypiques sont pour la plupart situés dans le secteur secondaire (industrie, mine, construction, fournisseurs), en declin depuis une dizaine d’années. A elles seules les cinq catégories les plus « atypiques »  représentent ainsi 50% de la masse salariale totale (emploi atypique et CDD), les cinq catégories les moins « atypiques » n’en représentent plus qu’ un tiers.

 

Il faut cependant prendre en compte un biais. Les secteurs en declin ont tendance à se concentrer sur la main d’oeuvre stable, car se sont les emplois atypiques, plus flexible, qui sont les premiers à disparaitre en cas de ralentissement économique. C’est le cas par exemple dans la construction ou les emplois journaliers ont été les premiers à décroitre après l’entrée dans la crise de ce secteur au début des années 90.

 

Ceci étant dit, il peut néanmoins être souligné que lorsque le secteur secondaire était au coeur de la croissance de l’économie japonaise, se sont avant tout des emplois stables qui se sont développés. Maintenant que le secteur tertiaire est au coeur de la croissance, il appparait que le recours à l’emploi atypique ne fonctionne plus seulement comme une variable d’ajustement. Il s’agit plus vraisemblablement d’un mode régulier de gestion qui concerne la majorité de la main d’oeuvre.
Il est d’ailleurs très probable que la queue du peloton dans les cinq catégories les plus « atypiques » refassent leur retard. Il faut prendre en considération notamment la récente loi de privatisation des universités (dai gaku min ei ka) et la fin de la longue crise du secteur immobilier (l’intérêt croissant des courtiers pour ces établissements est également le signe d’un renouveau).

Youth and Social Movements in Japan , ISA Symposium 2014 (19 juillet 2014)

Présentation au panel Youth and Social Movements, joint session of RC34 Sociology of Youth and RC48 Social Movements, Collective Action and Social Change.

 

Youth and Social Movements in Japan

Characteristics of the Rebellious Youth and its Mobilization in Japan

 

Though not as spectacular or massive as in other countries, mobilization of the youth in Japan is however a major phenomenon that triggers attention. Especially, the mobilization of young non-regular workers since 2000 had a major role in strengthening the national anti-poverty movement. It supported, for instance, the reform of the assistance income law and the reform of the temporary workers law.

However this contribution has been scarily analyzed or has been simply by-passed by researchers. As a matter of fact, we still know very little about the social mobilization of the Japanese youth.

By analyzing results of our research focusing on members of the « Union of the Youth of Tokyo », a leading organization of the anti-poverty network, I would like to present new findings concerning two dimensions of this mobilization:

1) What are the characteristics of the young people who mobilize (in terms of age, gender, income and socioprofessional class)

2) What are the characteristics of their mobilization (primo-mobilization or not; short term or long term mobilization).

Our findings are based on quantitative and qualitative data: the archive of the SU (630 entries) and in-death, longitudinal interviews of 50 members that started in 2008, during and after their mobilization in the « Union of the Youth ».

Colloque action collective et militantisme, Maison franco-japonaise (31 juin – 1er juillet 2008)

ACTION COLLECTIVE ET ENGAGEMENT MILITANT
PERSPECTIVE CROISÉE FRANCE-JAPON

samedi 31 mai et dimanche 1er juin 2008
Maison franco-japonaise (Tokyo, Ebisu)
Organisation : Bureau français de la MFJ
Collaboration : IEPI-CRAPUL (Univ. de Lausanne), CRPS (Univ. Paris 1), IRISES-Univ. Paris 9,
Université d’Ibaraki, Université Hitotsubashi, Université de Tokushima, Université Kanagawa

Programme
SAMEDI 31 MAI – Auditorium de la Maison franco-japonaise
Entrée libre avec traduction simultanée français-japonais

9h30-9h45 Ouverture par Françoise SABBAN (MFJ)

10h-11h10 Session 1 AUX FRONTIÈRES DU MILITANTISME : DÉSENGAGEMENT, NON-ENGAGEMENT
Modérateur : GOTÔ Hitoshi (Univ. Kanagawa)
Olivier FILLIEULE (Univ. de Lausanne) Pour une sociologie du désengagement
HIGUCHI Naoto (Univ. de Tokushima) Le militantisme au Japon : un héritage sans descendants ?
Le cas des leaders de mouvements sociaux

11h10-12h30 Session 2 VIES MILITANTES
Modératrice : Isabelle SOMMIER (Univ. Paris 1)
AIKAWA Yôichi (Univ. Hitotsubashi) Du désengagement au réengagement : comprendre la dissémination de
l’action collective au Japon
Frédéric ROUSTAN (EHESS) Les études vietnamiennes au Japon et la génération de la Guerre du Vietnam :
entre révolte urbaine et révolution épistémologique

13h30-14h40 Session 3 MOBILISATION ÉTUDIANTE ET POSTERITÉ
Modérateur : Olivier FILLIEULE (Univ. de Lausanne)
Isabelle SOMMIER (Univ. Paris 1) 1968 : événement politique et héritage
GOTÔ Hitoshi (Univ. Kanagawa) Le mouvement des étudiants dans les années 1960 et son influence sur
la société japonaise

14h40-15h50 Session 4 LE STATUT DES IMMIGRÉS
Modératrice : INABA Nanako (Univ. d’Ibaraki)
Choukri HMED (IRISES-Univ. Paris 9) L’Etat et les mouvements d’immigrés en France depuis les années 1970
Hélène LEBAIL (IFRI) Les sans-papiers au Japon à l’heure de la politique d’immigration choisie : émergence
d’une mobilisation en faveur de la régularisation

16h20-17h30 Session 5 AUJOURD’HUI, LE MOUVEMENT DES SANS-ABRI
Modérateur : Choukri HMED (IRISES-Univ. Paris 9)
INABA Nanako (Univ. d’Ibaraki) L’art de l’occupation : le mouvement des «sans» en France
David-Antoine MALINAS (MFJ) La cause des sans-abri au Japon : stratégie de lutte et survie organisationelle
17h30 Clôture

DIMANCHE 1er JUIN – salle 601 de la Maison franco-japonaise

places limitées, réservation obligatoire à l’avance auprès de davidmalinas@gmail.com
langue de travail : anglais
Atelier
Études bilatérales de l’action collective : moyens et perspectives
Présentation des participants
13h–15h30 : Présentation des participants français et japonais
Favoriser les études bilatérales sur l’action collective
16h-16h30 : Présentation du programme CHORUS (ANR-JSPS)
16h30-17h : Projet de publication des actes du colloque en France et au Japon
Contact : Bureau français de la Maison franco-japonaise
3-9-25 Ebisu Shibuya-ku Tokyo 150-0013 TOKYO JAPON
tel : 03-5421-7641 fax : 03-5421-7651
http://www.mfj.gr.jp/
* pour participer à l’atelier du 1er juin, prière de contacter davidmalinas@gmail.com
———

シンポジウム
集合行為と闘争への関与:日仏比較

2008 年5 月31 日(土)シンポジウム 6 月1 日(日)アトリエ
於 日仏会館 (恵比寿)
主催:日仏会館フランス事務所
協力:IEPI-CRAPUL (ローザンヌ大学)、CRPS (パリ第1 大学)、IRISES‒パリ第9 大学、
茨城大学、一橋大学、徳島大学、神奈川大学

プログラム
5 月31 日(土) 日仏会館ホール
入場自由・無料 日仏同時通訳つき

9 時30 分~9 時45 分 開会挨拶:フランソワーズ・サバン(日仏会館)

10 時~11 時10 分 第1 セッション ミリタンティスムの境界:脱参加と非参加
司会:後藤仁(神奈川大学)
オリヴィエ・フィリウル(ローザンヌ大学)「脱参加の社会学のために」
樋口直人 (徳島大学)「アクティビズムの遺産はなぜ相続されないのか:日本における社会運動の担い手を
めぐって」

11 時10 分~12 時30 分 第2 セッション 社会活動家としての生
司会:イザベル・ソミエ(パリ第1 大学)
相川陽一(一橋大学)「運動経験の散種:三里塚闘争の支援経験者における“参加の持続”をめぐって」
フレデリック・ルスタン(フランス国立社会科学高等研究院)「日本におけるベトナム研究とベトナム戦争
世代:都市の反乱と認識論的革命のあいだで」

13 時30 分~14 時40 分 第3 セッション 学生運動と後継者
司会:オリヴィエ・フィリウル(ローザンヌ大学)
イザベル・ソミエ(パリ第1 大学)「1968 年:政治的事件と遺産」
後藤仁(神奈川大学)「60 年安保学生運動とその社会的背景」

14 時40 分~15 時50 分 第4 セッション 移民の位置
司会:稲葉奈々子(茨城大学)
シュクリ・メド(パリ第9 大学)「1970 年代以降のフランスにおける移民による運動と国家」
エレーヌ・ルバイユ(フランス国際関係研究所)「選択的移民政策の時代を迎えた日本における不法滞在者:
合法化を求める運動の出現」

16 時20 分~17 時30 分 第5 セッション 現代におけるホームレスの運動
司会:シュクリ・メド(パリ第9 大学)
稲葉奈々子(茨城大学)「 “占拠” という技法:フランスにおける“持たざる者”の運動」
ダヴィド=アントワーヌ・マリナス(日仏会館)「日本におけるホームレスの大義:闘争の戦略と組織の存続」

17 時30 分 閉会

6 月1 日(日) 日仏会館601 会議室
参加ご希望の方はdavidmalinas@gmail.com までE メールで事前にお申し込みください
使用言語:英語
アトリエ

集合行為に関する日仏共同研究:手法と展望
討論者の紹介

13 時~15 時30 分:フランス側および日本側討論者の紹介
集合行為に関する相互的研究の促進

16 時~16 時30 分:日仏共同研究プログラムCHORUS(フランス研究庁‒日本学術振興会)の紹介

16 時30 分~17 時:日仏両国におけるシンポジウム論考集の出版計画について

問い合わせ:日仏会館フランス事務所
〒150-0013 東京都渋谷区恵比寿3-9-25
tel : 03-5421-7641 fax : 03-5421-7651
http://www.mfj.gr.jp/
*6 月1 日(日)に参加ご希望の方はdavidmalinas@gmail.com までE メールでお問い合わせ・お申し込み
ください

La conspiration des « Nabakari tencho » : précarité étendue et nouveau militantisme au Japon

En Janvier 2008, la condamnation de McDonald Japon à verser 75 000 000 yens (plus de 45 000 euros) d’heures supplémentaires non payées à un de ses employés promu « manager » a porté durablement à la lumière des médias la question des « nabakari tencho », tencho signifiant « directeur de magasin » et Nabakari signifiant « seulement de nom ». Sous ce terme sont désignés ces nombreux employés, promus au rang de manager de magasin ou de restaurant, qui travaillent alors beaucoup plus en gagnant beaucoup moins. Ce tour de passe passe, loin d’être le fait de petites et moyennes entreprises, est utilisé par de grands groupes qui couvrent l’ensemble de l’archipel – Shop 99, Conan, Aoyama, Sukiya –  certains ayant une dimension internationale, soit dans la composition de leur capital – Seven Eleven, McDo – soit par leur présence à l’étranger – Uniqlo -.Il faut en effet avoir une connaissance du droit du travail assez fine, alliée souvent à des techniques de management des ressources humaines particulièrement agressives, pour réaliser une telle réduction du coût du travail. Les employés sont généreusement promus au rang de « kanri kantoku sha (manager-superviseur) », un terme juridique officiel et statut abusivement utilisé car il permet de ne plus payer les heures supplémentaires. On peut se faire une idée des économies réalisées aux concessions faites par certaines de ces entreprises pour éviter la mauvaise publicité d’un procès. Ainsi, Aoyama shô ji, une entreprise de vêtements, a reversé à près de 1000 employés plus de 1,2 milliard de yens (soit 7,4 millions d’euros). De même midori denki, une entreprise de production de distribution d’électricité a reversé à plus de  800 employés 3,7 milliards de yens (22 millions d’euros), soit deux années d’heures supplémentaires non payées.

Le problème des nabakari tencho révèle l’extension et la diversité des formes que prend la précarité au Japon. Elle ne se limite plus aux seuls travailleurs précaires qui représentent désormais plus de 30 pour cent de la masse salariale mais s’étend au-delà, vers les employés à contrat à durée indéterminés dont plus de 10 pourcent déjà gagnent moins de 2 000 000 yens (12 000 euros ) par an ; elle s’étend aux zones rurales car le système de rémunération au résultat, exacerbé dans le cas des nabakari tencho, n’est pas géographiquement neutre : faible densité de population, faible clients potentiels, faibles revenus ; elle est aussi générationnelle. Ces jeunes managers ont souvent entre 25 et 35 ans et sont issus de la « génération perdue » (lost generation), celle qui, majeure au moment de la crise des années 90, a longtemps naviguée entre des emplois précaires. Ils avaient cru trouver un emploi stable et une certaine reconnaissance sociale dans leur engagement corps et âme pour leur entreprise et, en ce sens, diffèrent  finalement peu de leurs aînés qui mourraient déjà de karôshi (mort par excès de travail).

Cependant autrefois – mais c’était il n’y a pas encore 20 ans -, les grandes entreprises savaient encore remercier cet engagement : dortoirs pour employés, vacances offertes, aides financières lors du mariage ou de la naissance des enfants. Aujourd’hui, c’est l’ère de l’employé kleenex et du manager MP3, nouveaux standarts qui ont certes favorisé le rebond récent de l’économie japonaise mais induisent également de profondes modifications de la structure et des comportements sociaux. Ainsi, ces jeunes managers souvent désabusés, atteint physiquement et psychologiquement (utsubyô), demandent désormais réparation, soutenus dans leur démarche par de nouveaux syndicats et des avocats bénévoles. Alors qu’au Japon le taux de présence syndicale a glissé de plus de 35 pour cent en 1980 à moins de 20 pour cent en 2007, la formation médiatisée d’une union des « nabakari tencho« , cette élite d’un nouveau sous-prolétariat, ainsi qu’une forte augmentation des demandes de soutien syndical formulées par de jeunes précaires sont autant de signes de la montée en puissance d’une toute nouvelle génération militante.