Archives par étiquette : récession

Les effets de la législature Abe sur le marché du travail

          L’entrée en récession du Japon a été amplement commentée, en France avec insistance, et au Japon, avec cette difficulté particulière : le mot ne doit pas être prononcé. J’apporte ici un complément d’information en me focalisant sur la situation du marché du travail et son évolution depuis le début de la législature Abe et en prenant comme référence les chiffres du troisième trimestre (septembre – novembre 2014) concernant la force de travail publiés par le Ministère de la santé, du travail et des affaires sociales japonais.

Un chômage en baisse

Depuis l’arrivée au pouvoir de Abe, il est exact que le chômage est en baisse avec un taux qui s’établit désormais à 3,5%.

C’est particulièrement le chômage de longue durée qui est affecté par cette baisse :

  • Le nombre de chômeurs de moins de 3 mois est en légère hausse (+ 40 000) à 750 000.
  • Le nombre de chômeurs de plus de 3 mois est en baisse de 250 000 à 1 530 000.
  • Le nombre de chômeurs de plus d’un an (longue durée) est en baisse de 160 000 à 850 000.

Certains commentateurs sont étonnés par cette baisse, mais on pourrait rappeler que le principal problème auquel l’économie japonaise a dû faire face après la seconde guerre mondiale et le manque de main d’œuvre, une situation qui a longtemps était chronique dans ce pays.

Deux raisons qui peuvent expliquer aujourd’hui ce regain de tension sur le marché du travail :

1 – Une raison conjoncturelle : le chantier de reconstruction de la région du Tohoku. Ce qui implique à la fois le travail de décontamination et les efforts de reconstruction des infrastructures collectives et du BTP privé. L’Etat soutient cet effort de reconstruction avec un plan de relance adopté en février 2013. Il a affecté environ 33 milliards d’euros à la reconstruction/décontamination de la zone du Nord-Est.

2 – Plusieurs raisons structurelles : le vieillissement de la population et l’absence de compensation des départs définitifs (retraite) du marché du travail par l’ouverture à une main d’œuvre étrangère ou bien la difficile compensation dans l’état actuel des infrastructures (crèches) et des mentalités par une plus grande intégration de la main d’œuvre féminine.

La hausse de l’emploi atypique

Cette embellie se fait essentiellement au profit de l’emploi atypique qui représente désormais 37% de la force de travail.

Pour le septième trimestre consécutif, donc depuis le début de la législature Abe, l’emploi atypique est en hausse par rapport à l’année précédente. La dernière n’est pas la plus importante, + 440 000 personnes, mais elle marque cette prévalence durable de l’emploi atypique.

Certes, pour la première fois depuis 7 trimestres, l’emploi régulier est en augmentation par rapport à l’année dernière : + 100 000. C’est un bon signe et étonnant : la période août – septembre n’est pas une période de recrutement des jeunes diplômés. Est-ce que sont des évolutions de carrières ? La question reste ouverte. Quoi qu’il en soit le rythme de progression de l’emploi régulier demeure inférieur à celui de l’emploi irrégulier.

Il est intéressant de comparer cette hausse de l’emploi atypique avec celle d’une autre législature marquée par ce même phénomène : la législature Koizumi de 2001 – 2006. Pendant les années Koizumi, la hausse de l’emploi atypique était liée à des réformes introduites dans le droit du travail et le droit social. Tout d’abord, la libéralisation du marché du travail intérimaire. Une hausse significative (+ 1 000 000) de ces travailleurs avait été constatée. Ensuite, l’autre hausse significative était directement liée à la réforme des retraites. Les employés ayant fini leur carrière dans l’entreprise, mais devant attendre quelques années avant de pouvoir recevoir leur retraite, revenaient, souvent dans la même entreprise, sur un nouveau support d’emploi atypique (les keiyaku shain) .

Par rapport à ces années, la législature Abe est marquée par une hausse de l’emploi atypique traditionnel. Il s’agit de la hausse des temps partiels et des petits boulots (arubaito). Ces travailleurs atypiques sont ainsi passés de 12,8 millions au premier semestre 2013 à 13,3 millions au troisième semestre 2014. Les nouvelles catégories, en particulier l’emploi intérimaire sont en légère baisse. Sur la même période, le chiffre passe de 1,2 à 1,1 million.

Source :
http://www.stat.go.jp/data/roudou/sokuhou/4hanki/dt/pdf/2014_3.pdf